DEPECHE

Niger : "tentative de coup d’Etat", le sort du président Tandja incertain

Le 18 février 2010, publié sur ufctogo.com

NIAMEY — Une tentative de coup d’Etat était en cours jeudi au Niger où le sort du président Mamadou Tandja, vivement contesté parce qu’il s’accroche au pouvoir, était très incertain, selon une source française.

En milieu d’après-midi, des soldats étaient déployés autour du palais présidentiel de Niamey et dans les rues adjacentes, a constaté un journaliste de l’AFP et des témoins ont affirmé avoir vu les dépouilles de plusieurs soldats.

"Il y a une tentative de coup d’Etat" au Niger, a déclaré à Paris un responsable français, qui a requis l’anonymat. "Tout ce que je peux dire, c’est que a priori Tandja n’est pas dans une bonne position", a-t-il ajouté.

Pays pauvre du Sahel mais troisième producteur mondial d’uranium, avec une forte implantation du groupe nucléaire français Areva, le Niger traverse une grave crise politique.

Après dix ans de pouvoir, M. Tandja a dissout l’année dernière le parlement et la cour constitutionnelle et obtenu une prolongation controversée de son mandat pour au moins trois ans à l’issue d’un référendum en août.

L’opposition, qui avait boycotté cette consultation ainsi que des législatives controversées en octobre, a dénoncé un coup d’Etat et la communauté internationale a condamné les agissements du président. L’Union européenne a suspendu son aide.

Paris a demandé jeudi aux Français de Niamey de rester chez eux.

Mercredi, le Premier ministre du Niger Ali Badjo Gamatie avait annoncé "une réunion importante du conseil des ministres" pour ce jeudi. Ces réunions sont normalement présidées par M. Tandja dont on ne savait pas jeudi après-midi où il se situait.

Des témoins ont fait état de tirs jeudi à Niamey, survolée par des hélicoptères de l’armée, selon plusieurs sources.

"Il y a 40, 45 minutes, on a commencé à entendre des tirs de mitraillettes, et après, de grosses déflagrations. Ca a fait trembler la maison", a raconté vers 13H00 GMT Claire Deschamps, une Française vivant à Niamey, contactée par l’AFP par téléphone depuis Paris.

Ce témoin vit à "une dizaine de minutes en voiture de la présidence".

Un autre témoin a déclaré à un journaliste de l’AFP à Niamey que les tirs avaient commencé autour du palais présidentiel.

Un troisième témoin a rapporté sur Radio France internationale (RFI) qu’il était "à la présidence pour voir un conseiller quand ça a commencé".

"J’ai entendu des coups de feu. Il y avait des armes lourdes (...) et des obus. Je vois une fumée vers le bureau du président", a-t-il ajouté, interrogé depuis Paris par RFI vers 14H00 GMT.

Une source affirmant se situer à environ un kilomètre de la présidence, a indiqué vers 15H00 GMT ne plus entendre "depuis une bonne heure" les tirs en rafale et d’arme lourde qu’elle avait entendu auparavant.

Les corps de plusieurs soldats ont été extraits d’un blindé dont le toit a été détruit et qui était encore stationné jeudi après-midi devant l’hôpital national.

"Ca s’est passé devant moi, j’ai vu le missile raser complètement le haut du blindé, trois ou quatre soldats qui étaient à l’intérieur étaient comme déchiquetés et on les a transportés à la morgue" de l’hôpital, a déclaré à l’AFP un vendeur de rue.

Devant le siège de la radio d’Etat Radio Sahel, aucun signe extérieur d’occupation n’était visible et elle retransmettait dans l’après-midi un championnat de lutte traditionnelle.

Le Commissaire à la paix et la sécurité de l’Union africaine (UA), Ramtane Lamamra, a rappelé que "l’UA condamne l’usage de la violence pour tout changement de pouvoir politique, pour le Niger comme pour les autres pays".

La Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (Cédéao) a suspendu le pays en octobre et assure actuellement une médiation en faveur d’un dialogue inter-nigérien de sortie de crise. Ces discussions ont été temporairement suspendues la semaine dernière.

De Boureima HAMA (AFP)

© Copyright AFP

Dépêches suivantes

Dépêches précédentes

UFC Live !

  • Vous devez installer le module flash correspondant à votre navigateur pour voir ce contenu.

WEB Radios - TV

WEB Radios
Tous unis pour un Togo libre et démocratique
jeudi
25 mai 2017
Lomé 25°C (à 21h)