DEPECHE

le Collectif demande à la CEDEAO de faire preuve d’autorité

Le 24 mars 2005, publié sur ufctogo.com

Le secrétaire général de la Convention démocratique des peuples africains (CDPA), Léopold Gnininvi, se montrant inquiet de l’allure du processus en cours au Togo, a demandé mardi à la CEDEAO de faire preuve d’autorité pour que les compromis qu’elle a proposés dans la crise togolaise soient respectés.

"Nous demandons à la CEDEAO de faire preuve d’autorité pour que les compromis qu’elle propose soient effectivement respectés par les deux parties (l’opposition et la mouvance présidentielle)", a déclaré M. Gnininvi, porte parole d’une délégation du Collectif de six partis de l’opposition traditionnelle, qui a rencontré les parlementaires de cette Institution en mission d’informations sur les conditions d’organisation de l’élection présidentielle du 24 avril au Togo.

Au regard de l’implication de cette institution pour le retour à la légalité constitutionnelle et à l’apaisement du climat socio- politique, il a indiqué que "c’est la première fois que la CEDEAO prend une position aussi claire et saluée par toute la Communauté internationale" et que le Collectif ne voudrait pas qu’elle perde sa crédibilité.

La CEDEAO, a-t-il relevé, a suggéré des compromis que le Collectif des six partis a accepté en envoyant des représentants au sein de la commission électorale et la compensation est une remise en cause. Il a rappelé que le Collectif avait obtenu que ses partis soient représentés même au niveau des bureaux de vote par des membres à part entière et, que contre toute attente, il leur est proposé l’appellation d’observateurs tout comme ce qui était dans le code électoral et qui avait créé une crise de confiance avant le décès du président Eyadèma.

M. Gnininvi a indiqué qu’en clair le Collectif voulait la représentation des partis politiques comme des membres à part entière dans les structures locales et dans les bureaux de vote, que ce soit dans les comités de distribution des cartes et dans les commissions de révision des listes.

Aussi, le Collectif a dit avoir fait part aux parlementaires de sa préoccupation quant à la tenue d’élections fiables dans les délais prévus par les accords de la CEDEAO, argumentant qu’il y a des tâches matérielles dont la durée est incompressible. "Nous leur disons qu’il faut rapidement se pencher sur cela de manière à ce qu’on puisse réaménager le calendrier électoral", a ajouté à ce propos le porte parole du Collectif.

Dépêches suivantes

Dépêches précédentes

UFC Live !

  • Vous devez installer le module flash correspondant à votre navigateur pour voir ce contenu.

WEB Radios - TV

WEB Radios
Tous unis pour un Togo libre et démocratique
dimanche
17 décembre 2017
Lomé 27°C (à 08h)