DEPECHE

Haïti dévasté par un puissant séisme

Le 12 janvier 2010, publié sur ufctogo.com

Un énorme séisme de magnitude 7 a frappé mardi Haïti non loin de Port-au-Prince, sa capitale surpeuplée, provoquant une "catastrophe majeure" dans le pays le plus pauvre des Amériques, selon les autorités.

La violente secousse s’est produite à 16H53 heure locale (21H53 GMT), à environ 15 km à l’ouest de Port-au-Prince et l’épicentre du séisme se trouvait à 10 km de profondeur, selon l’Institut géologique américain (USGS). Une alerte au tsunami a aussitôt été émise pour l’ensemble de la région des Antilles.

Selon un journaliste de l’AFP présent sur place, la secousse très violente a duré plus d’une minute, allant jusqu’à faire sauter les véhicules en pleine rue. De nombreuses personnes sont sorties dans les rues après le séisme, et les communications étaient fortement perturbées au sein de l’île et vers l’île.

Un journaliste d’une télévision haïtienne, "Haitipal", captée sur internet, a rapporté que de nombreux bâtiments publics de la capitale s’étaient effondrés. Intervenant en direct au téléphone depuis Port-au-Prince, il a notamment cité "le Palais national, le ministère des Finances, le ministère des Travaux public, le ministère de la Communication et de la Culture, le Palais de justice, l’Ecole normale supérieure".

Le journaliste a aussi affirmé que les bâtiments du Parlement ainsi que la cathédrale de Port-au-Prince s’étaient effondrés.

A Pétionville, banlieue proche de la capitale, un bâtiment d’au moins trois étages s’est également effondré, a constaté l’AFP. Ce bâtiment abritait au moins deux bureaux privés et un tracteur tentait de dégager les débris et retrouver d’éventuels survivants.

L’ambassadeur d’Haïti aux Etats-Unis a estimé aussitôt qu’il s’agissait d’une "catastrophe majeure" pour le pays le plus pauvre du continent américain, déjà frappé ces dernières années par une série de catastrophes naturelles meurtrières.

Le président américain Barack Obama a indiqué dans un communiqué que les Etats-Unis suivaient la situation de près et étaient "prêts à venir à l’aide du peuple d’Haïti". Le Commandement Sud de l’armée américaine s’est dit prêt à intervenir, notamment pour fournir une assistance humanitaire d’urgence.

Le séisme a été si puissant qu’il a été ressenti jusqu’à Guantanamo, a indiqué le porte-parole du camp de détention américain à Cuba, situé à environ 300 km de Port-au-Prince.

Deux fortes répliques ont eu lieu peu après. Une première de magnitude 5,9 a frappé à 17H00 locales (22H00 GMT), soit sept minutes après le premier séisme, a précisé l’USGS. Une deuxième réplique de 5,5 a été ressentie ensuite à 22H12.

Pour mesurer la puissance d’un séisme, l’USGS utilise la "magnitude de moment" (Mw). Sur cette échelle ouverte, un séisme atteignant une magnitude d’au moins 6 est considéré comme fort.

Une alerte au tsunami a été émise pour une grande partie des Antilles par le centre américain d’alerte au tsunami dans le Pacifique. L’alerte "s’applique aux pays au sein ou frontaliers de la mer des Caraïbes, à l’exception de Porto Rico et des Iles Vierges", a averti le centre.

Une alerte spécifique a également été émise pour Haïti, Cuba, les Bahamas et la République dominicaine.

Haïti a déjà été frappé par une série de catastrophes naturelles, notamment par une série d’ouragans meurtriers en 2008 qui ont fait plus de 800 morts et environ un million de sinistrés. Quelque 100.000 maisons avaient été endommagées.

Haïti a une population d’environ 9 millions d’habitants, dont plus de deux millions vivent à Port-au-Prince et ses environs. Quelque 70% des Haïtiens vivent avec moins de deux dollars par jour.

AFP

© Copyright AFP

Dépêches suivantes

Dépêches précédentes

UFC Live !

  • Vous devez installer le module flash correspondant à votre navigateur pour voir ce contenu.

WEB Radios - TV

WEB Radios
Tous unis pour un Togo libre et démocratique
samedi
25 novembre 2017
Lomé 27°C (à 02h)