DEPECHE

Washington déçu de la modification de la Constitution togolaise

Le 8 janvier 2003, publié sur ufctogo.com

Les Etats-Unis ont demandé à des responsables et des parlementaires togolais de justifier la modification de la Constitution qui pourrait permettre au président Gnassingbé Eyadema de briguer un nouveau mandat, a déclaré mardi un haut responsable du département d’Etat.
"C’est vraiment dommage", a commenté ce responsable sous couvert de l’anonymat, en référence à l’amendement de la Constitution voté le 30 décembre par le Parlement togolais.

"C’est exactement le genre de précédent que nous ne voulons pas voir", a-t-il ajouté, estimant qu’un nouveau mandat du président Eyadema, au pouvoir depuis 36 ans, irait à l’encontre des efforts américains pour promouvoir la démocratie en Afrique.

"Nous demandons aux principaux responsables parlementaires : pourquoi ?", a dit le responsable, "et nous demandons au président : pourquoi revenez-vous sur votre parole ?".

Le principal parti d’opposition togolais, l’Union des forces du changement (UFC), a qualifié de "coup de force" la modification de l’article 59 de la Constitution qui abolit la limitation à deux du nombre de mandats du président de la République.

Le secrétaire général de l’UFC, Jean-Pierre Fabre, a estimé la semaine dernière que le régime togolais entendait ainsi "parachever le coup de force commencé en février dernier par la dénonciation de l’Accord cadre de Lomé", signé en juillet 1999, qui prévoyait notamment des législatives anticipées et le retrait du président togolais Gnassingbé Eyadéma à l’issue de son mandat actuel en 2003.

Source : WASHINGTON, 7 jan (AFP) - 1h46

Dépêches suivantes

Dépêches précédentes

UFC Live !

  • Vous devez installer le module flash correspondant à votre navigateur pour voir ce contenu.

WEB Radios - TV

WEB Radios
Tous unis pour un Togo libre et démocratique
vendredi
24 novembre 2017
Lomé 27°C (à 20h)