DEPECHE

Vives réactions dans la presse suite au projet de réforme constitutionnelle

Le 31 août 2001, publié sur ufctogo.com

La presse d’opposition togolaise a réagi vivement vendredi à l’annonce, la veille, d’un éventuel report des élections législatives et d’un projet de modification de la Constitution sur le mandat présidentiel.

Le Premier ministre togolais Agbéyomé Kodjo avait annoncé jeudi à l’AFP que les législatives des 14 et 28 octobre ne pourraient avoir lieu à ces dates et probablement pas en 2OO1, notamment pour des "raisons techniques et financières".

Il avait également "appuyé" un projet de réforme de l’article 59 de la Constitution limitant à deux le nombre de mandats présidentiels consécutifs, ouvrant ainsi la voie à une possible candidature en 2003 du général Gnassingbé Eyadéma, au pouvoir depuis 1967.

"Pour l’heure, tout est encore bloqué", constate vendredi l’hebdomadaire Le Nouvel Echo.

"A quoi aura donc servi le dialogue intertogolais ? Que peut faire à présent le président de la CENI ?" (la Commission électorale nationale indépendante), s’interroge encore cet hebdomadaire dans une analyse des différents accrocs intervenus dernièrement dans le processus électoral au Togo.

"Agbéyomé Kodjo remet en cause la tenue des législatives anticipées", titre à la Une le bi-hebdomadaire Le Temps, avant de constater que "le Togo est de nouveau en proie à la tourmente" et qu’"il reviendra au régime d’en assumer la responsabilité."

"Agbéyomé (Kodjo) et (Fambaré) Natchaba veulent mettre le Togo à feu et à sang", écrit pour sa part l’hebdomadaire Le Reporter, en référence aux déclarations du Premier ministre et du président de l’Assemblée nationale.

Le quotidien officiel Togo-Presse reprend de son côté des allocutions d’Agbéyomé Kodjo et de Fambaré Natchaba à l’occasion du 32ème anniversaire de la création du Rassemblement du peuple togolais (RPT, ex-parti unique et actuel parti au pouvoir).

"Retourner aux urnes aujourd’hui peut paraître injuste au regard de tous les efforts du président Eyadéma pour instaurer la paix et le dialogue dans notre pays", déclare M. Natchaba dans son allocution parue dans Togo-Presse.

L’annonce d’une éventuelle modification de la Constitution avait déjà suscité jeudi de nombreuses protestations des partis politiques de l’opposition.

La Constitution est "intangible", avaient affirmé tous ces partis en substance.

Cependant, le président Eyadéma a déclaré vendredi à l’AFP qu’il y "aurait des élections législatives", ajoutant qu’"étant légaliste, (il) respecte (ses) engagements". Le président togolais n’a pas donné de précision sur la nouvelle date prévue pour le scrutin législatif.

Agence France-Presse (AFP), Lomé, Togo

Dépêches suivantes

Dépêches précédentes

UFC Live !

  • Vous devez installer le module flash correspondant à votre navigateur pour voir ce contenu.

WEB Radios - TV

WEB Radios
Tous unis pour un Togo libre et démocratique
mardi
23 mai 2017
Lomé 28°C (à 00h)