DEPECHE

Vives réactions au Togo de la classe politique après la mort du journaliste Agbobli

Le 18 août 2008, publié sur ufctogo.com

Le classe politique et la société civile togolaises qui saluent la mémoire du journaliste politologue, historien et ancien ministre togolais Atsustsè Kokouvi Agbobli, retrouvé mort vendredi dernier sur la plage de Lomé, exigent une enquête pour faire la lumière sur les circonstances de son décès, a appris APA lundi.

L’Union des forces de changement (UFC), le principal parti de l’opposition togolaise n’a pas dissimulé sa stupeur et sa consternation suite à la disparition tragique d’Atsutsè Kokouvi Agbobli survenue dans des circonstances non encore élucidées.

Selon Gilchrist Olympio, le président de l’UFC, les circonstances de la disparition de M. Atsutsè Kokouvi Agbobli traduisent l’insécurité qui prévaut au Togo.

« L’UFC exige la mise en place d’une commission d’enquête crédible pour élucider sans délai, les circonstances de cette disparition aux relents criminels, qui révolte la population en général et la classe politique en particulier », lit-on dans un communiqué du parti pour qui, la disparition d’Atsutsè Kokouvi Agbobli est une perte immense pour le Togo.

L’Association des journalistes pour les Droits de l’Homme (JDHO) qui pense que la mort du journaliste Agboli est « une atteinte grave à la liberté de Presse au Togo », exige sans délai, l’ouverture d’une enquête internationale.

« JDHO souhaite que les résultats de cette énième enquête soient rendus public afin que justice soit rendue », écrit Carlos Kétohou, le président de l’Association qui invite, par ailleurs, les journalistes à rester vigilants dans cette atmosphère d’insécurité grandissante dans laquelle ils exercent leur métier.

La Jeunesse Unie pour la Démocratie en Afrique (J.U.D.A) un regroupement de jeunes Togolais exige l’ouverture d’une enquête indépendante afin que soient établies les raisons du décès pour le moins « suspect » de M. Agbobli.

La JUDA « rend un vibrant hommage à cet homme de cœur pour le courage et l’honnêteté qui ont guidé ses actions et analyses sur les réalités de la politique nationale et internationale ainsi que ses incessants appels à un développement industriel du Togo et à l’Unité de l’Afrique », indique un communiqué du secrétaire général de cette organisation Rodrigue Kpogli.

L’ancien Premier ministre togolais Mensan Agbéyomé Kodjo a, aussi, rendu hommage à Agboli dont la mort est « une lourde perte pour les forces politiques en lutte pour l’alternance pacifique et l’instauration de la démocratie au Togo ».

Pour Kodjo, les conditions de sa disparition demeurent mystérieuses, et nécessitent que toute la lumière soit faite pour éclairer la Nation et apaiser les esprits.

Dans la foulée, la Commission nationale des droits de l’homme (CNDH) a décidé de mettre en place un comité interne d’enquête au Togo à l’effet de procéder aux investigations nécessaires sur la mort du journaliste.

Le procureur de la République près du tribunal de première instance de Lomé, Robert Bawubadi Bakai a, pour sa part, demandé ce week-end une autopsie du corps.

Le secrétaire général du Rassemblement du peuple togolais (RPT-au pouvoir), Esso Solitoki, a révélé son émoi, suite à la mort du journaliste, ajoutant avoir « été très surpris par la disparition très subite d’Atsutsè Agboli », a déclaré à un hebdomadaire paru lundi à Lomé , le secrétaire général du RPT.

APA-Lomé (Togo)

© Copyright APA

Dépêches suivantes

Dépêches précédentes

UFC Live !

  • Vous devez installer le module flash correspondant à votre navigateur pour voir ce contenu.

WEB Radios - TV

WEB Radios
Tous unis pour un Togo libre et démocratique
lundi
18 décembre 2017
Lomé 31°C (à 16h)