DEPECHE

Une centaine de tués dans Lomé, selon Kofi Yamgnane

Le 28 avril 2005, publié sur ufctogo.com

L’ancien secrétaire d’Etat français à l’Intégration, Kofi Yamgnane a déclaré mercredi à l’AFP que les violences dans Lomé entre jeunes opposants et l’armée togolaise avait fait "une centaine de tués".

"C’est une estimation à partir d’informations que je reçois de correspondants qui m’appellent depuis le Bénin, le Ghana et le Burkina Faso puisque le téléphone est coupé au Togo", a affirmé M. Yamgnane, de nationalité française et togolaise.

"J’ai l’habitude des décomptes togolais : les officiels vous disent dix morts, vous pouvez multiplier par dix", a-t-il poursuivi.

De source hospitalière, le bilan dommé mercredi matin était de 11 tués et 95 blessés.

Selon M. Yamgnane, les blessés "sont difficiles à comptabiliser car ils ne vont pas dans les hopitaux parce que l’armée va les y achever".

"Ca va se poursuivre et s’envenimer, a-t-il ajouté. Le pouvoir, au lieu de calmer le jeu, envoie des bérets rouges (parachutistes) contre les manifestants, ils descendent du nord", le fief du pouvoir.

M. Yamgnane a par ailleurs indiqué que des Français, pris à partie par les manifestants, se sont réfugiés "à l’ambassade d’Allemagne". "Ca montre bien que la France est en décalage avec la réalité !", a-t-il fait valoir, en critiquant la position française selon laquelle tout "s’est bien passé globalement".

Des émeutes ont éclaté dans Lomé après la proclamation mardi de la victoire du fils du général Gnassingbé Eyadéma, Faure Gnassingbé, à l’élection présidentielle.

Le candidat de l’opposition radicale, Emmanuel Bob Akitani, s’est ensuite proclamé vainqueur, mercredi.

Dépêches suivantes

Dépêches précédentes

UFC Live !

  • Vous devez installer le module flash correspondant à votre navigateur pour voir ce contenu.

WEB Radios - TV

WEB Radios
Tous unis pour un Togo libre et démocratique
mercredi
26 juillet 2017
Lomé 25°C (à 20h)