DEPECHE

Togo : "Journée sans presse" réussie

Le 13 novembre 2009, publié sur ufctogo.com

De nombreux titres étaient absents des kiosques mardi, à Lomé où plusieurs radios et télévisions privées ne diffusaient que de la musique, pour protester contre le vote, le 30 octobre dernier, d’une loi organique sur la Haute autorité de l’audiovisuel et de la communication (HAAC) décriée par l’ensemble des organisations de la presse privée au Togo.

Les vendeurs de journaux sont restés introuvables dans les coins de rue, sauf quelques-uns vendant le quotidien gouvernemental, "Togo presse" et les journaux parus la veille mais encore en stock, a remarqué la PANA dans la capitale togolaise, mardi aux alentours de midi.

Outre les journaux, les radios et télévisions ont observé le mot d’ordre de "journée sans presse", la plupart ne diffusant que de la musique comme l’ont recommandé, lundi, quatre organisations des médias lors d’une réunion de crise à la Maison de la presse.

Selon les responsables des médias, le mot d’ordre a également été respecté à l’intérieur du pays par la très grande majorité des chaînes de radios privées.

Quelques défections ont, cependant, été notées de la part de certaines radios et télévisions privées dont les promoteurs sont des proches du pouvoir.

"L’opération a réussi à plus de 90%", s’est félicité Crédo Tétteh, Secrétaire général de l’Union des journalistes indépendants du Togo (UJIT), coordinateur de la cellule de crise mise en place depuis le vote de la loi par l’Assemblée nationale (Parlement).

Le 30 octobre dernier, l’Assemblée nationale togolaise avait procédé à une modification de la loi organique relative à la HAAC autorisant cette institution de régulation des médias à retirer définitivement, après une mise en demeure rendue publique, l’autorisation d’émettre avec saisie des équipements et la suspension de parution pour six (6) mois d’une publication avec retrait de la carte de presse.

Depuis, l’Union des journalistes indépendants du Togo (UJIT), l’Observatoire togolais des médias (OTM), le Conseil national des patrons de presse du Togo (CONAPP), Journalistes pour les droits de l’Homme (JDHO-Togo) se sont constitués en collectif pour défendre la presse.

Ils condamnent cette loi qui, selon eux, traduit une volonté manifeste du pouvoir de museler la presse privée à la veille de l’élection présidentielle de 2010 au Togo.

PANA -Lomé

© Copyright PANA

Dépêches suivantes

Dépêches précédentes

UFC Live !

  • Vous devez installer le module flash correspondant à votre navigateur pour voir ce contenu.

WEB Radios - TV

WEB Radios
Tous unis pour un Togo libre et démocratique
samedi
16 décembre 2017
Lomé 28°C (à 18h)