DEPECHE

Sénégal : une femme maltraitée à l’ambassade de France à Dakar, selon la RADDHO

Le 18 janvier 2004, publié sur ufctogo.com

DAKAR, 16 jan (AFP) - 22h53 - La Rencontre africaine pour la défense des droits de l’Homme (Raddho) a affirmé vendredi qu’une Française d’origine sénégalaise avait été maltraitée à l’ambassade de France à Dakar, en évoquant dans un communiqué des "allégations de tortures et de mauvais traitements".

Le mardi 13 janvier, "Hélène Diop Sylla, Française d’origine sénégalaise, a subi plusieurs décharges électriques, (a été) menottée avant d’être traînée et plaquée au sol par trois gendarmes de l’ambassade de France à Dakar, devant des témoins médusés", écrit la Rencontre africaine pour la défense des droits de l’homme (Raddho), basée à Dakar.

Selon l’organisation, un certificat médical fourni par Mme Sylla "mentionne un traumatisme crânien avec hématome occipital important", ainsi que "des plaies abrasives" à deux doigts de la main droite.

Son "seul crime est d’avoir insisté auprès des services concernés pour obtenir des informations relatives" à des documents d’état-civil qu’elle et son mari attendent "depuis six ans", ajoute la Raddho dans son texte titré "sérieuses allégations de tortures et de mauvais traitements à l’ambassade de France à Dakar".

L’ambassade n’avait pas officiellement réagi vendredi soir.

Une source proche de la représentation diplomatique a toutefois indiqué que Mme Diop Sylla serait venue au consulat où, en raison de problèmes sur son dossier, les services d’état-civil lui ont demandé de revenir pour un autre rendez-vous. Elle aurait refusé, et le personnel du service aurait alors fait appel à la sécurité.

Cette source n’avait vendredi aucune autre information sur les circonstances de cette affaire.

Dans son communiqué, la Raddho "condamne ces actes de tortures et ces mauvais traitements exercés" sur Mme Diop Sylla et "exige l’ouverture d’une enquête judiciaire sur ces allégations sérieuses de torture, pour que les responsables soient traduits en justice".

"Ces tracasseries de l’administration française qui s’oppose à la reconnaissance du couple français d’origine sénégalaise, de même que la récurrence des violences verbales et autres contre les demandeurs de visa nous préoccupent profondément et sont contraires aux traités et conventions relatives à la distrimination raciale", ajoute la Raddho.

© 2004 AFP

Dépêches suivantes

Dépêches précédentes

UFC Live !

  • Vous devez installer le module flash correspondant à votre navigateur pour voir ce contenu.

WEB Radios - TV

WEB Radios
Tous unis pour un Togo libre et démocratique
mercredi
29 mars 2017
Lomé °C (à 0h)