DEPECHE

Report du procès d’un leader politique jugé pour détention d’explosifs

Le 12 juin 2001, publié sur ufctogo.com

Le procès de l’ancien ministre togolais des Droits de l’Homme et de la Promotion de la démocratie (d’avril 1999 à mai 2000), Harry Octavianus Olympio, poursuivi pour "détention et fabrication d’armes de guerre", a été renvoyé mardi au 19 juin, a constaté l’AFP.

M. Olympio avait été interpellé le 6 juin, après que des explosifs de fabrication artisanale eurent été découverts au siège de son parti à Lomé, selon le ministère de l’Intérieur.

Lors d’une audience mardi à Lomé, ses avocats ont soulevé plusieurs vices de procédure, arguant notamment n’avoir reçu le dossier que le matin même.

Le tribunal a renvoyé le procès au mardi 19 juin.

Environ 150 partisans de M. Olympio étaient présents au tribunal, qui était surveillé par un dispositif policier.

Harry Olympio, leader d’un parti qui se réclame du centre et parent du principal leader de l’opposition togolaise, Gilchrist Olympio, avait été nommé dans un gouvernement d’ouverture formé en avril 1999 après les élections législatives boycottées par l’opposition.

En mai 2000 il avait été limogé du gouvernement à la suite d’un attentat rocambolesque dont il affirmait avoir été la victime.

Le pouvoir l’avait accusé, après une enquête, d’avoir monté lui même cet attentat avec la complicité de son jeune frère.

Agence France-Presse (AFP), Lomé, Togo

Dépêches suivantes

Dépêches précédentes

UFC Live !

  • Vous devez installer le module flash correspondant à votre navigateur pour voir ce contenu.

WEB Radios - TV

WEB Radios
Tous unis pour un Togo libre et démocratique
samedi
25 novembre 2017
Lomé 27°C (à 02h)