DEPECHE

Présidentielle : pas de reprise de la coopération de l’UE pour le moment

Le 4 juillet 2003, publié sur ufctogo.com

ABIDJAN, 4 juil (AFP) - 19h09 - L’Union européenne (UE) ne va pas reprendre sa coopération avec le Togo pour le moment, a déclaré à l’AFP le délégué de l’Union à Lomé, Gilles Desesquelles, dans une première réaction à l’élection présidentielle du 1er juin qui a vu la victoire du président sortant Gnassingbé Eyadéma.

"A ce stade il n’en est pas question. Nous examinerons le dossier d’une façon plus approfondie en septembre/octobre", a-t-il ajouté.

Dans une déclaration écrite diffusée vendredi à Bruxelles, l’UE "prend acte de la proclamation des résultats officiel" de l’élection et exprime sa "vive préoccupation concernant les incidents intervenus avant, pendant et après ladite élection".

La déclaration mentionne notamment des "restrictions imposées à l’opposition", des "entraves à la liberté d’expression, les "incidents de retraits des cartes d’électeurs et les cas de fermeture des bureaux de vote qui ont empêché de nombreux togolais de s’exprimer".

L’Union appelle "l’ensemble des forces politiques togolais à faire preuve de responsabilité et à préserver la légalité et la paix civile au Togo". Elle "voit la situation après l’élection présidentielle avec préoccupation", et "appelle le gouvernement à s’engager à un dialogue politique intertogolais efficace".

Les Quinze seront "très attentifs à la mise en oeuvre par les autorités d’une véritable politique d’ouverture à l’ensemble de l’opposition afin de tenir compte des critères de bonne gouvernance exigés par l’Union européenne, l’Union Africaine et le NEPAD", conclut la déclaration.

L’aide de l’UE au Togo est interrompue depuis 1993 pour "déficit démocratique" et depuis plusieurs années, les actions européennes se limitent à des projets sociaux en direction de la société civile, en vertu d’un principe de "non pénalisation" de la population.

Le Togo est par ailleurs tenu à l’écart du 8ème Fonds européen de développement (FED), et les différentes actions menées sont financées par les reliquats disponibles au titre des 6ème et 7ème FED, estimés à 47 millions d’euros, et des transferts d’aides non-programmables visant à stabiliser les recettes d’exportation des produits de base pour un montant de 27 millions d’euros.

Avant et après l’élection, le président Eyadéma avait déclaré son intention, une fois élu, de former un gouvernement d’union nationale, une offre rapidement rejetée par les partis d’opposition "traditionnels", notamment l’UFC (Union des Forces du Changement) de Gilchrist Olympio.

Le premier ministre togolais, Koffi Sama, reconduit dans ses fonctions par le président, a entamé des consultations pour former sa nouvelle équipe.

AFP

Dépêches suivantes

Dépêches précédentes

UFC Live !

  • Vous devez installer le module flash correspondant à votre navigateur pour voir ce contenu.

WEB Radios - TV

WEB Radios
Tous unis pour un Togo libre et démocratique
lundi
20 novembre 2017
Lomé 31°C (à 11h)