DEPECHE

Onze Togolais réfugiés au Bénin emprisonnés pour tentative de coup d’Etat

Le 22 juillet 2004, publié sur ufctogo.com

21/07
14:15 Onze militaires togolais réfugiés au Bénin sont emprisonnés à Cotonou depuis janvier 2004 et accusés d’avoir fomenté un coup d’Etat contre le président togolais Gnassingbé Eyadéma, a appris mercredi l’AFP de sources concordantes.

Un journaliste de l’AFP a rencontré mercredi matin ces hommes détenus au commissariat central de Cotonou. Ils ont reconnu sans difficultés qu’ils "voulaient tenter de renverser Eyadéma".

Les officiers de police béninois n’ont pas autorisé le journaliste à poser plus de questions. Mais quand l’AFP les a rencontrés, les prisonniers ne portaient pas de traces de coups. Ils étaient sales, habillés de shorts et chemises, et logés tous ensemble dans la même cellule du commissariat.

La Fédération internationale des ligues des droits de l’Homme (FIDH) avait révélé cette affaire mardi dans un rapport de 32 pages consacré à la corruption du système judiciaire et à la torture au Bénin, et réalisé par deux chargés de mission de l’organisation entre le 16 et le 23 février 2004.

"Ces onze personnes, arrêtées en janvier 2004 ont toutes obtenu par le Bénin le statut de réfugié. Militaires dans l’armée régulière togolaise, ils ont fui leur pays après avoir refusé d’exécuter des ordres de torture et d’exécutions extra-judiciaires sur leurs concitoyens", précise la FIDH.

L’ONG affirme également dans son rapport que les prisonniers "ont été battus à de nombreuses reprises pour la plupart d’entre eux dans les locaux de la Brigade anti-criminelle".

Le directeur de cabinet du ministre de la Sécurité, Michel Magnidé, a déclaré à l’AFP que "les militaires togolais au nombre de 11, ont été arrêtés par la police béninoise et sont actuellement au commissariat central de Cotonou".

"Ils n’ont jamais subi de sévices corporels", a-t-il précisé indiquant que "ces militaires, tous des réfugiés, sont depuis trois ans au Bénin sous la protection du HCR (le Haut commissariat des Nations unies aux réfugiés), puisqu’ils ont demandé le statut de réfugié".

Le Togo et le Bénin sont deux petits Etats voisins et francophones d’Afrique de l’ouest. Au Bénin, le président Kérékou est revenu au pouvoir par les urnes en 1996 après avoir dirigé la période révolutionnaire communiste (1972-1990).

Au Togo, le général Gnassingbé Eyadéma, doyen des chefs d’Etat africains, a été réélu en juin 2003 alors que son principal opposant, Gilchrist Olympio - fils de Sylvanus Olympio, premier président du Togo indépendant assassiné en 1963 pendant le coup d’état de M. Eyadéma -, avait été empêché de se présenter en raison d’une modification du code électoral en 2002.

AFP

Dépêches suivantes

Dépêches précédentes

UFC Live !

  • Vous devez installer le module flash correspondant à votre navigateur pour voir ce contenu.

WEB Radios - TV

WEB Radios
Tous unis pour un Togo libre et démocratique
lundi
24 avril 2017
Lomé 28°C (à 01h)