DEPECHE

Manifestations de rues à travers le pays

Le 25 juin 1998, publié sur ufctogo.com

Les manifestations, qui se sont poursuivies tard dans la nuit à Lomé dans les quartiers favorables à l’opposition, ont repris jeudi, 24 heures après la proclamation des résultats de la présidentielle de dimanche donnant la victoire au chef d’état, le général Gnassingbe Eyadéma, a-t-on constaté dans la capitale togolaise.

À l’aube, les rues de la ville, celles du quartier d’Amoutiévé en particulier, dégagées la veille par les forces de sécurité, étaient à nouveau jonchées de barricades.

A l’intérieur du Togo, les régions favorables au rassemblement du peuple togolais (RPT), le parti présidentiel, manifestent leur joie.

Les autres régions, qui ont donne la majorité de leurs suffrages aux candidats de l’opposition, rejettent les résultats proclamés par le ministre de l’intérieur et de la sécurité, le général Seyi Mémène, en lieu et place de la Commission électorale nationale (CEN).

Le groupe des huit partis d’opposition qui s’est retrouvé mercredi après-midi, à Lomé, a rejeté les résultats rendus publics par le ministère de l’intérieur. La CEN est la seule instance compétente en la matière, selon le groupe qui a dénoncé une pratique "illégale" et exigé "la restitution de la victoire à qui de droit".

Le collectif a protesté également contre les interventions "brutales" des forces de police contre les manifestations et appelé la communauté internationale à "oeuvrer, avec le groupe des huit partis de l’opposition, pour le retour à la légalité".

Les "huit" ont annoncé un meeting pour samedi et demandé à leurs candidats, M. Gilchrist Olympio et le Pr Léopold Gnininvi, de déposer des requêtes auprès de la cour constitutionnelle pour obtenir annulation de l’acte posé par le ministre de l’intérieur.

Lundi à 13 heures locales et GMT, le CEN décidait de suspendre les opérations de dépouillement, qui n’avaient toujours repris à 23 heures. Les procès verbaux du scrutin et les fiches de décomptes des voix étaient stockés dans une pièce fermée à clé et gardée par plusieurs gendarmes. (…)

L’annonce des résultats a entraîné des manifestations de rue à Lomé et à l’intérieur du Togo. Les partisans de l’opposition dénonçaient la confiscation de la victoire de M. Olympio tandis que les militants du RPT saluaient la victoire de leur candidat.

A Lomé, les premiers ont érigé des barricades avec des branchages et des carcasses de véhicules et mis le feu à des pneus usagés. Dispersés sans ménagement par les forces de l’ordre, dans un premier temps, ils se sont regroupés peu après, provoquant une nouvelle intervention des mêmes forces.

Panafrican News Agency (PANA), Lomé, Togo

Dépêches suivantes

Dépêches précédentes

UFC Live !

  • Vous devez installer le module flash correspondant à votre navigateur pour voir ce contenu.

WEB Radios - TV

WEB Radios
Tous unis pour un Togo libre et démocratique
dimanche
25 juin 2017
Lomé 25°C (à 01h)