DEPECHE

Lomé, ce 30 août 2001

Le 30 août 2001, publié sur ufctogo.com

Ce trentième jour du mois d’août 2001 est marqué par le départ du Timonier national pour l’Afrique du sud où il prendra part à la conférence sur le racisme.

Juste après le décollage de l’avion présidentiel, la majorité de ceux qui sont venus dire au revoir au chef de L’État se sont lancés sur la route de Kpalimé comme sur une piste de Formule 1.

Direction le stade de Kpalimé, où s’est tenue une cérémonie commémorative du 32ème anniversaire du parti-État RPT. Il parait que pour l’événement, la tribune du stade a été refaite en partie !!! Un monument a été inauguré juste à côté du stade. La bière et les insultés (contre les "zopposants" ) ont coulé à flot.

Ces "Zopposants" qui font de plus en plus l’objet d’attaques et d’injures sur les antennes des médias d’État. Le plus ciblé parmi les "zopposants" est "Le belier noir", "Elomatsimatsi mékouna wo", Yaovi Agboyibo embastillé depuis bientôt un mois. Et ces avocats ne baissent pas les bras ! Ils entendent lancer une série d’actions pour la libération du patron du CAR (qui pourra être candidat aux différentes élections après sa sortie de prison).

Ils ont fait appel et demandé la libération de leur client. Ils annoncent pour le mois de septembre le boycott des audiences du tribunal de première instance de Lomé. Les membres du collectif ont fait cette annonce ce 30 août 2001 au cours d’une conférence de presse. Le collectif a qualifié le jugement de déni de justice. "Cette façon de juger met en danger les justiciables des juridictions togolaises et constitue une trahison du peuple togolais au nom de qui les décisions de justice sont rendues", écrit le collectif des avocats de Me Yaovi Agboyibo dans une déclaration transmise à la presse.

La presse qui n’a pas été très présente cette année au festival de théâtre de la fraternité, le FESTHEF, qui rencontre des difficultés pour héberger la myriade de journalistes qui débarque à Assahoun chaque année à la même période. Le FESTHEF s’achève et déjà les organisateurs se disent satisfaits. L’un d’entre eux a été interrogé en direct dans le journal de midi sur NANA Fm, une interview que le directeur de cette radio (un cas dont nous parlerons plus tard) n’a pas apprécié. Selon lui, ses agents doivent passer sous silence le FESTHEF. Et pourtant il y a huit jours, lors du lancement du nouveau programme de la radio, le directeur parlait de proximité, de promotion culturel, patati patata... Peut-être que cette promotion doit se faire à travers des éloges au RPT et à son président fondateur !!!

Et ce parti qui prépare un grand coup pour son chef fondateur avec un projet de révision de la Constitution dont le but est de permettre au président Eyadéma, né le 26 décembre 1935 à Pya au nord Togo, au pouvoir depuis 1967, de briguer un nouveau mandat présidentiel lors du scrutin de 2003. Pendant ce temps, tout est mis en oeuvre pour que les élections législatives anticipées ne se tiennent pas cette année.

Bref le Togo, pays des paradoxes ne cessera jamais d’étonner.

Portail Cafenet - Lomé (Togo)

Dépêches suivantes

Dépêches précédentes

UFC Live !

  • Vous devez installer le module flash correspondant à votre navigateur pour voir ce contenu.

WEB Radios - TV

WEB Radios
Tous unis pour un Togo libre et démocratique
jeudi
17 août 2017
Lomé 26°C (à 13h)