DEPECHE

Les sept étudiants interpellés samedi ont été relâchés

Le 2 juin 2001, publié sur ufctogo.com

Les sept étudiants interpellés samedi matin alors qu’ils s’apprêtaient à manifester à Lomé ont été relâchés par la police, a-t-on appris de source policière dans la capitale togolaise.

Selon la police, interrogée par l’AFP, "les sept étudiants interpellés puis aussitôt relâchés avaient été interpellés alors qu’ils étaient en train de monter des barricades pour empêcher les commerçants de se rendre au marché de Bè".

"Ils n’ont pas été arrêtés au cours d’une manifestation qui n’a d’ailleurs jamais eu lieu", a affirmé à l’AFP un officier de police qui a requis l’anonymat.

Les étudiants togolais avaient prévu d’organiser samedi une manifestation à Lomé pour réclamer la réintégration de deux de leurs leaders exclus de l’université et le paiement d’arriérés de bourse et des aides universitaires.

Dans un courrier dont l’AFP a obtenu copie, le président du Conseil des étudiants de l’université de Lomé (CEUL) avait saisi le chef de l’Etat, le général Gnassingbé Eyadéma, et estimé que "les revendications des étudiants ne pourront aboutir que par un approfondissement du dialogue dont il est le symbole".

L’université de Lomé, qui compte 12.000 étudiants, vit depuis quelques semaines une crise due aux conditions difficiles dans lesquelles vivent depuis quelques temps les étudiants togolais.

Une grève initiée par le CEUL se poursuit actuellement, les étudiants ayant estimé "insignifiant" le versement d’un mois d’arriérés de bourses annoncé par le président Gnassingbé Eyadéma lors de sa visite sur le campus de Lomé le 15 mai dernier.

Agence France-Presse (AFP), Lomé, Togo, 2 juin 2001

Dépêches suivantes

Dépêches précédentes

UFC Live !

  • Vous devez installer le module flash correspondant à votre navigateur pour voir ce contenu.

WEB Radios - TV

WEB Radios
Tous unis pour un Togo libre et démocratique
mardi
27 juin 2017
Lomé 25°C (à 06h)