DEPECHE

Les sanctions de l’UE ne sont pas les causes de la souffrance du peuple

Le 6 mai 2006, publié sur ufctogo.com

Les sanctions de l’Union européenne contre le Togo pour "déficit démocratique" ne sont en rien la cause de la souffrance des populations de ce pays, a estimé le coprésident de la mission ACP-UE arrivée à Lomé, Michael Gahler, rapporté vendredi par une radio locale.

"Le peuple togolais ne souffre pas à cause des sanctions de l’Union européenne, c’est un point que j’aimerais souligné clairement", a indiqué M. Gahler, réagissant à des arguments de souffrance avancés par des acteurs togolais de la société civile comme de la scène politique pour demander la reprise de cette coopération suspendue en 1993.

"Il y avait la souffrance avant et la souffrance continue", a-t- il insisté, expliquant que les 22 engagements n’ont pas été établis pour faire plaisir. Au lendemain de la suspension de la coopération d’avec le Togo, des projets sont toujours maintenus et financés à travers la société civile, notamment des ONG, associations et regroupements communautaires.

On a continué l’aide humanitaire, on a continué des projets qui profitent directement au peuple, a fait remarquer M. Gahler pour qui l’argument de la souffrance du peuple pour justifier une reprise de la coopération est loin de la logique. Une application réelle des 22 engagements et surtout l’heureux aboutissement du dialogue inter-togolais en cours pourront décider de si tôt une reprise ou non de cette coopération tant attendue par les Togolais pour une amélioration des conditions dans ce pays.

Xinhua

Dépêches suivantes

Dépêches précédentes

UFC Live !

  • Vous devez installer le module flash correspondant à votre navigateur pour voir ce contenu.

WEB Radios - TV

WEB Radios
Tous unis pour un Togo libre et démocratique
dimanche
17 décembre 2017
Lomé 27°C (à 22h)