DEPECHE

Les procès intentés aux hommes politiques à la une de la presse togolaise

Le 3 août 2001, publié sur ufctogo.com

La presse togolaise de la semaine a largement commenté les procès intentés ces derniers jours à l’ancien ministre et leader du Rassemblement pour le soutien à la démocratie et au développement (RSDD), M. Harry Octaviano Olympio, et au président du Comité d’action pour le renouveau (CAR), Me Yawovi Agboyibo.

La Matinée, proche du pouvoir, affirme que "l’ex-ministre Olympio, condamné à 18 mois de prison ferme, a bénéficié d’un verdict clément".

Pour ce journal, "la sentence prononcée par le président du tribunal, M. Pétchelebia Abalo, est clémente, tant la faute était si grave que le procureur de la République a requis contre l’inculpé 5 ans de prison".

S’agissant du procès contre le président du CAR, le même journal s’est contenté d’annoncer que "le sort de Me Agboyibo sera connu ce 3 août", faisant remarquer que "la défense pléthorique, composée de 56 avocats, a plaidé la non-culpabilité de son client transposant l’affaire sur un champ politique".

Pour "Le Temps", proche de l’opposition, "Harry Olympio passera 18 mois en prison, sauf grâce présidentielle".

L’hebdomadaire rappelle que l’entrée au gouvernement de Harry Olympio en 1998 avait été présentée comme la preuve de la bonne foi, de l’esprit d’ouverture et de réconciliation nationale du général-président (Eyadéma)".

Tout naïf et avide d’aisance, il s’est donné à coeur joie au service du général, affirme le journal, qui ajoute "qu’aujourd’hui, il se retrouve dans l’engrenage duquel il ne pourra sortir qu’avec la grâce de celui qui l’aurait fait condamner".

Evoquant le procès de Me Agboyibo, le journal parle de la nullité de la procédure, car, dit-il, la plainte avait été déposée en 1998 pendant que M. Agboyibo était député et bénéficiait de l’immunité parlementaire.

Il fait état également de l’irrecevabilité de l’action, "en raison du non-paiement par le plaignant, le Premier ministre Agbéyomé Kodjo, d’une caution de 20.000 FCFA (environ 26 dollars)".

De son côté, "L’Evénement", proche de l’opposition, reprend les propos de Me Agboyibo qui déclare : "J’aurais préféré relater ces faits en présence de M. Agbéyomé", faisant allusion à l’absence du plaignant et à la véracité des faits qu’il exposait.

Me Agboyibo a été condamné à six mois de prison et 100.000 FCFA d’amende vendredi à Lomé, rappelle-t-on.
Agence PANAPRESS, Lomé, Togo

Dépêches suivantes

Dépêches précédentes

UFC Live !

  • Vous devez installer le module flash correspondant à votre navigateur pour voir ce contenu.

WEB Radios - TV

WEB Radios
Tous unis pour un Togo libre et démocratique
lundi
21 août 2017
Lomé 27°C (à 17h)