DEPECHE

Les insurgés contrôlent la moitié d’Haïti

Le 24 février 2004, publié sur ufctogo.com

PORT-AU-PRINCE (AFP) - L’opposition politique et civile au président haïtien Jean Bertrand Aristide a jusqu’à mardi 17h00 (22H00 GMT) pour se prononcer sur un plan international de règlement de la crise en Haïti, pays contrôlé pour moitié depuis dimanche par des insurgés armés.

Une cinquantaine de Marines américains sont arrivés lundi après-midi à Port-au-Prince pour renforcer la sécurité de l’ambassade américaine, alors que la tension reste vive dans la capitale. Plusieurs pays ont invité leurs ressortissants à quitter Haïti. Ces militaires ne sont pas "le prélude à un ordre d’évacuation", selon le Pentagone. Le secrétaire d’Etat américain Colin Powell "nous a demandé d’attendre encore 24 heures avant de lui faire savoir si nous changeons notre position concernant le départ d’Aristide", a déclaré à la presse un dirigeant de l’opposition, Evans Paul.

Initialement, l’opposition devait se prononcer par écrit avant lundi 22h00 GMT. "Nous avons accepté ce délai", a-t-il ajouté, précisant que Colin Powell avait promis de "s’impliquer personnellement" dans la recherche d’un compromis. "Nous espérons qu’(il) viendra dans les prochaines 24 heures avec ce dont nous avons besoin", a précisé un autre responsable de l’opposition, Charles Baker.

Un diplomate a toutefois souligné que l’opposition ferait erreur en pensant que la communauté internationale accepterait que le plan de règlement prévoie le départ du président Aristide. "Ils se trompent", a-t-il dit sous couvert d’anonymat, en excluant que ce plan soit modifié dans les 24 heures. Jusqu’à présent, l’opposition refuse catégoriquement tout plan qui n’inclurait pas un départ d’Aristide, responsable selon elle de tous les maux d’Haïti et dont le mandat s’achève en février 2006.

"Le départ de Jean Bertrand Aristide reste le premier élément pour trouver une solution à la crise", ont réaffirmé lundi ses opposants. Dans une déclaration diffusée lundi soir par les radios haïtiennes, un général à la retraite, Hérard Abraham, 63 ans, commandant en chef de l’armée en 1990, a aussi appelé à cette démission. "Le président Aristide ne contrôle plus le pays et ne peut organiser des élections libres", a dit cet ancien officier, qui pourrait être soutenu par les Etats-Unis pour jouer un rôle important en cas de renouvellement du pouvoir haïtien.

La communauté internationale (Etats-Unis, France, Canada, Organisations des Etats américains et Caricom, la communauté des pays de la Caraïbe) a soumis lundi à l’opposition une version amendée de son plan initial, approuvé samedi par le président Aristide. Le texte amendé laisse la porte ouverte à l’examen d’un départ du président haïtien si ce dernier ne remplissait pas ses engagements, et prévoit le déploiement d’une "présence internationale" en matière de sécurité en Haïti afin d’accompagner une normalisation de la situation, selon des diplomates.

Le Canada, interrogé sur un envoi de troupes, a indiqué étudier "toutes les options", alors qu’il avait exclu la semaine dernière tout déploiement militaire. Le plan international de règlement prévoit de priver le président de nombreux pouvoirs et de notamment confier le contrôle de la police à un nouveau Premier ministre. Lundi, l’opposition a présenté un "contre-plan" prévoyant un départ du pouvoir le 18 mars d’Aristide, après une série d’étapes conduisant pacifiquement à un transfert de pouvoirs.

Le mouvement insurrectionnel armé depuis début février en Haïti s’est étendu dimanche à Cap-Haïtien (nord), deuxième ville du pays forte d’un million d’habitants. Depuis près de trois semaines, il a fait quelque 70 morts et plusieurs centaines de blessés. Dimanche, le "commandant en chef militaire" des insurgés, Guy Philippe, avait annoncé qu’il serait à Port-au-Prince "avant deux ou trois jours" si Aristide ne quittait pas le pouvoir.

© 2004 AFP

Dépêches suivantes

Dépêches précédentes

UFC Live !

  • Vous devez installer le module flash correspondant à votre navigateur pour voir ce contenu.

WEB Radios - TV

WEB Radios
Tous unis pour un Togo libre et démocratique
vendredi
28 avril 2017
Lomé 28°C (à 00h)