DEPECHE

Le silence d’Eyadéma

Le 10 avril 2003, publié sur ufctogo.com

A moins de deux mois de la fin de son mandat à la tête du Togo (juin 2003), le président Gnassingbé Eyadéma n’a toujours pas annoncé sa candidature ni fixé le calendrier électoral.

Le président togolais hésite toujours entre deux "stratégies". La première : il repousse la date des élections et s’appuie sur sa garde prétorienne pour se maintenir encore quelques mois au pouvoir. La seconde, facilitée par la première, est de positionner son fils cadet, le député Faure Gnassingbé associé à Fambaré Natchaba, président de l’Assemblée nationale. L’âge de la candidature présidentielle a pour cela été abaissé de 45 à 35 ans ? Ces "stratégies" ont poussé fin mars dernier la Conférence épiscopale du Togo (CET) à sortir de sa réserve. Emmenée par l’archevêque de Lomé, Philippe Fanoko Kpodzro, la CET dénonce, dans un document intitulé "Dans la vérité bâtissons la paix", "l’atmosphère de mensonge, de suspicion, de délation et de méfiance" qui règne sur le pays. Revenant sur les élections législatives anticipées d’octobre 2002, qui avaient été "organisées unilatéralement" par le pouvoir et "exacerbé la crise politique", les sept évêques du Togo exigent une "réflexion sur l’alternance au pouvoir (?) à travers des élections libres et transparentes". Prions ?

LA LETTRE DU CONTINENT N° 421

Dépêches suivantes

Dépêches précédentes

UFC Live !

  • Vous devez installer le module flash correspondant à votre navigateur pour voir ce contenu.

WEB Radios - TV

WEB Radios
Tous unis pour un Togo libre et démocratique
samedi
21 octobre 2017
Lomé 26°C (à 06h)