DEPECHE

Le parti de Gilschrist Olympio en désaccord sur la commission électorale

Le 3 décembre 1999, publié sur ufctogo.com

Le parti de l’opposant togolais Gilchrist Olympio, l’Union des forces du changement (UFC), a exprimé vendredi son "désaccord" avec les prérogatives prévues pour la future Commission électorale nationale indépendante (CENI).

Un communiqué de l’UFC fait part des "réserves" de ce parti, concernant notamment le quorum de décision de la CENI, réclamant que les décisions soient prises à l’unanimité, au lieu de la majorité des 4/5èmes prévue par un accord conclu le 1er décembre entre l’opposition et la mouvance présidentielle après plus de trois mois de discussions.

Le texte sur la CENI avait été adopté par le Comité paritaire de suivi (CPS), chargé de l’application de l’accord-cadre signé le 29 juillet entre la mouvance du président Gnassingbé Eyadéma et l’opposition pour mettre fin à la crise politique que connaît le pays depuis le début des années 90. Le président de séance, l’ancien Premier ministre Edem Kodjo, un des leaders de l’opposition, avait alors indiqué que le projet avait été adopté à l’unanimité des présents. Les représentants de l’UFC avaient participé jusqu’au bout aux discussions, sans faire état de désaccord à leur sortie.

L’UFC indique dans son communiqué qu’elle ne paraphera pas le texte, qui devait être envoyé par le CPS au gouvernement, chargé de le présenter à son tour au vote de l’assemblée nationale. Le parti de M. Olympio, un des principaux opposants au général Eyadéma, annonce avoir demandé un arbitrage sur la CENI aux "facilitateurs" du dialogue intertogolais, désignés par l’Union Européenne, la Francophonie, l’Allemagne et la France.

Agence France-Presse (AFP), Lomé, Togo, 3 décembre 1999

Dépêches suivantes

Dépêches précédentes

UFC Live !

  • Vous devez installer le module flash correspondant à votre navigateur pour voir ce contenu.

WEB Radios - TV

WEB Radios
Tous unis pour un Togo libre et démocratique
jeudi
23 mars 2017
Lomé °C (à 0h)