DEPECHE

Le Ghana fête le 50e anniversaire de son indépendance

Le 6 mars 2007, publié sur ufctogo.com

Des milliers de Ghanéens ont célébré mardi le cinquantième anniversaire de l’indépendance de leur pays, ancienne colonie britannique, qui a ouvert la voie à d’autres pays d’Afrique noire.

Dès 6H30 (6H00 GMT), quelque 20.000 personnes ont envahi le parc de l’Indépendance d’Accra où s’est tenu un défilé des forces armées et des écoliers, non loin du lieu où Kwame Nkrumah, Premier ministre puis premier président du Ghana, proclama l’indépendance du pays en 1957.

Dans les gradins, les ventes de souvenirs ont battu leur plein alors que le lancer de dizaines de milliers de petits drapeaux ghanéens (rouge, vert, jaune à l’étoile noire) a provoqué d’intenses bousculades.

Le président ghanéen, John Kufuor, a inspecté la parade, à laquelle s’était jointe un contingent de l’ancienne puissance coloniale britannique, et a allumé une flamme symbolisant l’esprit de l’indépendance.

Plus d’une douzaine de chefs d’État ont assisté à la cérémonie, dont le président malien Amadou Toumani Touré, le Gabonais Omar Bongo, l’Ivoirien Laurent Gbagbo, le Bissau-Guinéen Joao Bernardo Vieira et Joseph Kabila, président de la République démocratique du Congo (RDC).

Le président de la Banque mondiale, Paul Wolfowiftz, et le pasteur américain, défenseur des droits civiques, Jesse Jackson, étaient également dans l’assistance.

Le président zimbabwéen Robert Mugabe était également présent pour saluer l’indépendance de ce pays de 22 millions d’habitants présenté comme un modèle de stabilité.

En l’absence de la reine d’Angleterre Elizabeth II, l’ancienne puissance coloniale est représentée par le duc de Kent.

Le footballeur brésilien Pelé et le chanteur américain Stevie Wonder étaient également invités.

"Le 6 mars 1957 a changé les perspectives pour notre continent et sa place dans le monde pour toujours", a affirmé lors d’un discours M. Kufuor, qui a estimé que cette date devait être une cause de réjouissance "pour le reste de l’Afrique".

"L’indépendance du Ghana le 6 mars 1957 et la détermination de Kwame Nkrumah (père de l’indépendance) ont annoncé le mouvement qui devait conduire, à la fin des années 60, à l’indépendance de 80% des nations d’Afrique", a déclaré pour sa part le président nigérian, Olusegun Obasanjo, invité d’honneur des festivités.

Pendant la cérémonie, des petites escarmouches ont éclaté ici et là et plusieurs écoliers, accablés par la chaleur et qui participaient au défilé, ont dû être évacués.

Les festivités devaient se poursuivre dans la soirée avec une réception privée organisée dans le palais présidentiel.

À l’occasion de cet anniversaire, le ministère de l’Intérieur ghanéen a indiqué dans un communiqué que plus de 1.200 détenus allaient bénéficier d’une libération anticipée ou d’une réduction de peine.

Mardi et mercredi ont été déclarés jours fériés dans le pays.

Sous domination britannique pendant quatre-vingts ans, le Ghana a été la première ex-colonie d’Afrique noire à accéder à l’indépendance.

"L’indépendance ici a été le fer de lance de la lutte pour l’indépendance dans une partie des autres nations africaines", a rappelé mardi Kwame Sanaa-Poku Jantuah, qui avait lutté au côté de Kwame Nkrumah, père de l’indépendance ghanéenne mais également chantre de l’unité africaine.

Classé 136e sur 177 pays par les Nations unies, le Ghana préside l’Union africaine en 2007.

AFP, Accra, Ghana, 6 mars 2007

Dépêches suivantes

Dépêches précédentes

UFC Live !

  • Vous devez installer le module flash correspondant à votre navigateur pour voir ce contenu.

WEB Radios - TV

WEB Radios
Tous unis pour un Togo libre et démocratique
vendredi
21 juillet 2017
Lomé 26°C (à 20h)