DEPECHE

Lancement à Lomé du documentaire "Epé-Ekpé ou la prise de la pierre sacrée"

Le 22 août 2008, publié sur ufctogo.com

Le réalisateur togolais Zavier Balouki a lancé son film documentaire "Epé-Ekpé ou la prise de la pierre sacrée", l’une des cérémonies des plus importantes de toute l’Afrique de l’Ouest que célèbrent le peuple Guin du sud du Togo depuis bientôt 346 ans, a constaté APA.

"Epé-Ekpé" raconte les rituels et les mythes qui tournent autour de la prise de la pierre sacrée. Encore appelée "kpessosso", elle marque le début du nouvel an chez les Guins. Son cadre est Gbatchoumé, forêt sacrée située à mi-parcours entre Glidji et Aného (45 Km à l’Est de Lomé).

La cérémonie est quasi publique, mais l’accès à la forêt est réservé exclusivement aux adeptes et initiés. La nouvelle pierre sacrée donne des prévisions et oriente l’année à venir. Sa couleur indique son message. Avec la bleue par exemple, le message des dieux est mitigé, avec la rouge c’est l’expression de la colère des dieux, et la blanche symbolise la paix et le bonheur.

« Il n’y a pas de film sur nos fêtes. Ce film documentaire a pour but de garder les traces de nos pratiques traditionnelles, et la faire découvrir à la diaspora », explique son réalisateur, Zavier Akiza Balouki, qui avoue avoir « travaillé pendant quatre ans dans des conditions peu confortables ».

« C’est la première fois que nous n’avons pas à faire à des ethnologues étrangers ; mais à un Togolais qui a fait un travail remarquable, et apprécié par le peuple auquel ledit travail est destiné », a estimé Cornélius Aidam, Ministre de la culture.

Et au réalisateur de renchérir : « Nous voulons faire du professionnalisme, un film qui respecte les normes standards, et qui puisse être accepté par tous ».

"Epé-Ekpé ou la prise de la pierre sacrée" est projeté devant quelques personnalités du monde culturel et artistique togolais regroupant le Ministre de la culture, des prêtes vodou, des chefs traditionnels, des spécialistes du cinéma et des journalistes. Ceux-ci ont relevé quelques insuffisances que le réalisateur a promis prendre en compte pour le produit final.

« Dès la semaine prochaine, nous allons retourner à Aného pour tourner d’autres scènes, afin de combler l’attente des cinéphiles », a dit Zavier Balouki, très ouvert aux apports des uns et des autres.

Financé à près de 8 millions de francs cfa (soit 12 500 euros environ), ce film de 52 minutes est le premier d’une trilogie qui a reçu l’appui de la coopération française.

Agé de 33 ans, Zavier Balouki a été formé au Centre Africain de Production Audiovisuelle (CAPA) de Yaoundé au Cameroun. Il a déjà réalisé plusieurs documentaires dont « Campagne de consultations foraine » et « Lomé a son carnaval ».

APA-Lomé (Togo)

© Copyright APA

Dépêches suivantes

Dépêches précédentes

UFC Live !

  • Vous devez installer le module flash correspondant à votre navigateur pour voir ce contenu.

WEB Radios - TV

WEB Radios
Tous unis pour un Togo libre et démocratique
samedi
27 mai 2017
Lomé 28°C (à 11h)