DEPECHE

La rentrée universitaire s’annonce difficile au Togo

Le 27 octobre 2005, publié sur ufctogo.com

La rentrée universitaire prévue pour le 2 novembre prochain risque d’être tumultueuse, en raison des sit-in des étudiants et autres menaces de marches de protestation pour revendiquer la réduction des frais de scolarité passés de 4.500fcfa à 50.000f cfa, a constaté la PANA.

Selon un communiqué rendu public cette semaine par le Comité de réhabilitation du Conseil des étudiants de l’Université de Lomé, un appel à une marche de protestation est lancé aux étudiants, pour réclamer leurs droits et de meilleures conditions de vie et d’études.
Le Conseil exige la restauration des frais d’inscription à 4.500F cfa comme par le passé, la suppression des taxes et impôts aux étudiants, l’amélioration des conditions de vie et d’études...

Pour les étudiants, c’est un "ultime recours" pour protester contre "l’environnement de précarité dans lequel se trouve l’école togolaise aujourd’hui".

Ils se plaignent du "dénuement total" dans lequel ils vivent depuis quelques années.

En 2000 rappelle t-on, sur décision du défunt président, Gnassingbé Eyadéma, les frais de scolarité étaient passés directement de 4.500f cfa à 50.000f malgré les protestations des étudiants, à cette époque.
Cette décision, affirment les concernés a poussé beaucoup d’entre eux à abandonner les études, faute de moyens. Outre les frais de scolarité, le repas (déjeuner et dîner) de 90f cfa est servi à 500f tandis le petit déjeuner de 30f est supprimé.

Les frais de logement qui s’élevaient à 2000f par mois reviennent aux étudiants à 5000f le mois. Quant à la bourse de 21.600f, elle a été supprimée et remplacée par des "aides".

Cette situation irrite les étudiants, à en croire leurs propos. Aussi, ont-ils organisé la semaine dernière, un sit-in sur le campus de Lomé, promettant de crier leur ras-le-bol dans la rue, si leurs revendications ne sont pas satisfaites.

Sur le campus, depuis lundi, des appels à des manifestations sont lancés, de même que des communiqués d’autres associations proches du pouvoir dissuadant les "mécontents".

Pour l’heure, les autorités multiplient des contacts pour éviter des heurts, a-t-on appris de sources concordantes à Lomé.

PANA (Lomé, Togo)

Dépêches suivantes

Dépêches précédentes

UFC Live !

  • Vous devez installer le module flash correspondant à votre navigateur pour voir ce contenu.

WEB Radios - TV

WEB Radios
Tous unis pour un Togo libre et démocratique
samedi
29 avril 2017
Lomé 31°C (à 11h)