DEPECHE

La presse privée togolaise en campagne contre les agressions impunies de ses membres

Le 10 octobre 2006, publié sur ufctogo.com

L’Union des Journalistes Indépendants du Togo (UJIT), a déclenché une vaste campagne de dénonciation du « silence » qui entoure les agressions de journalistes au Togo, a constaté APA à Lomé.

Cette campagne prévue pour durer tout le mois d’octobre, a été lancée lundi à l’occasion du premier anniversaire de l’agression d’un des leurs. Dans la nuit du 8 au 9 octobre 2005, Dzilan Dodji, alias Dimas Dzikodo, Directeur de publication de l’hebdomadaire d’informations générales, "Forum de la Semaine", a été victime d’une agression au quartier Tokoin SOTED, proche du centre - ville de Lomé.

Les journalistes dénoncent le fait qu’« une enquête ouverte par la Police nationale ainsi qu’une action introduite en justice par le confrère, n’ont à ce jour pas permis de faire la lumière sur cette autre agression perpétrée contre un journaliste au Togo ».

Selon le Secrétaire général de l’Union des Journalistes Indépendants du Togo (UJIT), Augustin Koffi Améga, « il urge d’agir de façon à ce qu’aucun journaliste togolais ne soit plus impunément l’objet d’une agression au Togo ».

Cette campagne, selon M. Améga, « consistera pour les organisations de défense des libertés comme pour les personnalités soucieuses de la sauvegarde et de la promotion des libertés, à reprendre à leur compte des lettres adressées par l’Union des Journalistes Indépendants du Togo, à diverses autorités togolaises et à les adresser à leur tour aux mêmes autorités ».

C’est ainsi qu’une correspondante a été successivement adressée au Président de la République de même qu’à un certain nombre de ministres parmi lesquels ceux de la justice, de la communication, de la sécurité.

A l’occasion, la presse privée a appelé toutes les organisations de défense des libertés ainsi que les personnes militant pour la promotion des libertés, à participer massivement à cette campagne, pour « témoigner avec l’UJIT, de leur souci de se battre pour mettre définitivement un terme à l’insécurité des journalistes au Togo ».

Au moment de l’agression, « un pistolet, un gourdin en plastique ainsi qu’un gros câble de fil métallique ayant servi comme armes pour l’agression, ont été retrouvés sur les lieux de l’agression.

D’autres indices de nature à aider à retrouver la piste des agresseurs ont également été relevés par la police nationale », a précisé par ailleurs, le communiqué de l’UJIT.

Un an après ce forfait, et « malgré les multiples démarches des organisations de défense de la liberté de presse, les conclusions de cette enquête n’ont pas été rendues publiques, et les promesses des autorités s’avèrent telles une fuite en avant pour endormir les journalistes et autres organisations de défense de libertés de presse », a t-il ajouté.

« En outre, une action introduite en justice contre X par la victime, n’a toujours pas connu de suite. Toutes choses qui mettent les journalistes dans une situation permanente de sursis, dans l’exercice de leur profession ».

Un autre journaliste togolais, Léopold Ayivi, avait aussi été l’objet d’un attentat dans la nuit du 26 au 27 février 1993. Grièvement blessé par balles à la mâchoire et au cou, il est resté paralysé des deux membres le reste de sa vie.

Il est décédé quelques mois plus tard, des suites de cette agression intervenue dans un contexte de violences politiques généralisées au Togo.

Treize années après, l’enquête ouverte par les services compétents en la matière n’a toujours pas révélé les mystères de cette agression.

Ces dernières années, la presse togolaise a enregistré plus de 100000 exemplaires de publications saisis par la police, une dizaine d’incarcérations, sans compter les menaces, pressions diverses et les journalistes obligés de vivre en clandestinité pour des durées plus ou moins longues. Depuis août 2004, une loi dépénalise les délits de presse au Togo.

Agence de Presse africaine (APA) Lomé, Togo

Dépêches suivantes

Dépêches précédentes

UFC Live !

  • Vous devez installer le module flash correspondant à votre navigateur pour voir ce contenu.

WEB Radios - TV

WEB Radios
Tous unis pour un Togo libre et démocratique
jeudi
24 août 2017
Lomé 30°C (à 12h)