DEPECHE

La crise au Togo en voie de règlement, déclare Faure Gnassingbé selon Jana

Le 25 février 2005, publié sur ufctogo.com

TRIPOLI - Le président investi du Togo Faure Gnassingbé a informé jeudi le dirigeant libyen Mouammar Kadhafi que la crise au Togo née de son accession contestée au pouvoir était "en voie de règlement", a rapporté l’agence officielle libyenne Jana.

"La crise actuelle au Togo est en voie de règlement selon les dispositions de la Constitution", a dit M. Gnassingbé, ajoutant qu’il allait prendre "des mesures importantes dans ce sens à partir de vendredi et ce conformément à la Constitution du Togo", selon Jana.

M. Gnassingbé, qui cherche à sortir de la crise née de son accession contestée au pouvoir après le décès de son père Gnassingbé Eyadéma le 5 février, a rencontré en soirée à Syrte (nord) M. Kadhafi.

Il avait déclaré auparavant à des journalistes que "les contacts se poursuivaient pour régler la crise, notamment avec le président du Nigéria" Olusegun Obasanjo, président en exercice de l’Union africaine (UA). Il avait en outre accusé "les médias d’avoir exagéré la crise".

M. Gnassingbé devait quitter incessamment la Libye pour un lieu non précisé, selon la source officielle.

Avant la Libye, Faure Gnassingbé s’est rendu à Libreville où il s’est entretenu avec le président Omar Bongo Ondimba de la crise de succession, alors que les autorités de Lomé sont sous la menace de l’adoption de nouvelles sanctions par l’UA.

Une réunion du Conseil de paix et sécurité de l’UA, dont sont notamment membres le Gabon et la Libye, prévue jeudi à Addis Abeba pour décider d’éventuelles sanctions contre le Togo, a été reportée à vendredi "pour des raisons logistiques", selon l’UA.

La Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (Cedeao) a déjà imposé le 19 février des sanctions au Togo, dont sa suspension de l’organisation, et l’Union européenne a évoqué la possibilité de "mesures" contre Lomé.

Les autorités togolaises de fait ont notamment contesté à Libreville la qualification de "coup d’Etat militaire", utilisée par l’UA et l’UE pour désigner le processus en cours à Lomé.

Quelques heures après le décès de son père, l’armée togolaise avait annoncé avoir "choisi" Faure Eyadéma pour lui succéder, décision "légalisée" le lendemain par une révision express de la Constitution par les députés.

AFP

Dépêches suivantes

Dépêches précédentes

UFC Live !

  • Vous devez installer le module flash correspondant à votre navigateur pour voir ce contenu.

WEB Radios - TV

WEB Radios
Tous unis pour un Togo libre et démocratique
mardi
24 octobre 2017
Lomé 27°C (à 02h)