DEPECHE

La Cedeao "convoque" les dirigeants togolais samedi au Niger

Le 12 février 2005, publié sur ufctogo.com

COTONOU (Reuters) - Les dirigeants de la Cedeao, réunis à Cotonou, au Bénin, ont "sommé" vendredi soir les nouvelles autorités togolaises de venir discuter samedi au Niger, avertissant que si les dirigeants de Lomé n’obtempéraient pas, ils s’exposeraient aussitôt à des sanctions.

"Ils ont réitéré leur rejet total de ce coup d’Etat et invité encore une fois les autorités togolaises à revenir sur leurs actes non constitutionnels", a déclaré la Cedeao dans un communiqué.

"Ils ont chargé le président (nigérien Mamadou) Tandja d’inviter les autorités togolaises à Niamey le 12 février 2005 afin de leur faire part des décisions prises par le sommet extraordinaire des chefs d’Etat qui s’est tenu le 9 février.

"Au cas où les autorités togolaises ne répondraient pas favorablement à cette invitation du 12 février 2005, elles s’exposeraient à l’application immédiate de sanctions de la Cedeao", lit-on dans le communiqué, qui ne précise pas la nature desdites sanctions.

Le nouveau président du Togo Faure Gnassingbé, qui a attendu en vain les dirigeants à Kara, dans le nord du pays, a regagné vendredi soir Lomé sans les avoir rencontrés.

"Ils ne viennent pas", a déclaré à la presse le ministre togolais des Communications, Pitang Tchalla, à Kara, qui était le bastion du père de Gnassingbé, le défunt président Gnassingbé Eyadéma, mort samedi dernier.

Gnassingbé a passé plusieurs heures à les attendre à Kara, en compagnie de ministres et de généraux, ainsi que du président de la Cour constitutionnelle.

La Communauté économique d’Afrique de l’Ouest avait fait savoir initialement qu’elle dépêcherait une délégation de dirigeants vendredi au Togo pour appuyer leur demande d’un retour à la "légalité constitutionnelle", mais les chefs d’Etat, vendredi en fin d’après-midi, se trouvaient toujours à Cotonou.

A la réunion de Cotonou ont pris part le président nigérian Olusegun Obasanjo et ses homologues du Mali, du Niger, du Ghana et du Bénin, de même que le président de la Commission de l’Union africaine, l’ancien président malien Alpha Oumar Konaré.

Y participait aussi le président de l’Assemblée nationale togolaise, Fambare Ouattara Natchaba, qui se trouvait à l’étranger lors du décès d’Eyadéma et a été démis de ses fonctions par les militaires togolais car, en vertu de la Constitution, il était amené à assurer l’intérim en l’attente de nouvelles élections présidentielles.

La Cedeao, qui a dénoncé un coup d’Etat dans l’accession de Gnassingbé au pouvoir, menaçait déjà depuis quelques jours le Togo de sanctions s’il ne revient pas sur l’accession au pouvoir de Gnassingbé. D’ores et déjà, le Nigeria a rappelé son ambassadeur à Lomé et imposé des restrictions à la venue de responsables togolais sur son territoire.

Les premières violences sont apparues par ailleurs à Lomé depuis l’investiture à la présidence de Faure Gnassingbé. Les forces de sécurité ont tiré vendredi matin des grenades lacrymogènes pour disperser des centaines de personnes qui manifestaient dans le quartier de Bé, un bastion de l’opposition, contre l’accession de Gnassingbé au pouvoir.

Reporters sans frontières (RSF) et Amnesty International ont déclaré vendredi s’inquiéter des tensions au Togo autour des médias, depuis la mort d’Eyadéma. "La tension grandissante entre les autorités togolaises et les médias nous inquiète", a déclaré RSF dans un communiqué. Amnesty International parle d’"intimidations" visant certaines stations de radio. L’une d’elles, Radio Lumière, a été fermée jeudi pour "incitation à la haine et à la violence".

Après le relatif échec des journées "ville morte" à Lomé, les trois principaux partis de l’opposition ont appelé à une marche pacifique samedi dans la capitale togolaise.

Reuters

Dépêches suivantes

Dépêches précédentes

UFC Live !

  • Vous devez installer le module flash correspondant à votre navigateur pour voir ce contenu.

WEB Radios - TV

WEB Radios
Tous unis pour un Togo libre et démocratique
dimanche
28 mai 2017
Lomé 27°C (à 04h)