DEPECHE

La CENI saisit la Cour constitutionnelle pour la proclamation des résultats des législatives de Lomé

Le 22 octobre 2007, publié sur ufctogo.com

La Commission électorale nationale indépendante (CENI) du Togo a décidé de saisir la Cour constitutionnelle pour la proclamation des résultats provisoires de la ville de Lomé, lors des législatives du 14 octobre dernier, pour avoir relevé des « anomalies d’ordre logistique, matériel, organisationnel et humain », a appris APA, lundi de source officielle.

Le blocage porte principalement sur les cinq siéges à pourvoir.

« Dans un souci d’apaisement, la CENI a décidé de ne pas procéder à la proclamation provisoire des résultats de Lomé » a déclaré dans un communiqué, la commission qui déplore un « climat délétère et des questions restées sans réponses ».

Selon la CENI, sur les 751 urnes, plus de 300 sont revenues au siège de la Commission sans les scellés exigés qui ont été plutôt protégés par du ruban adhésif non règlementaire.

« Il a été décelé de nombreuses fiches de résultats dont les bureaux de vote n’ont pas pu être localisés car ne figurant pas sur le fichier de la CENI », note le communiqué de la CENI qui indique n’avoir pas validé les résultats.

« Les résultats de nombreux bureaux de vote ont été reportés plus d’une fois sur la fiche de centralisation », ajoute le texte.

Selon les résultats provisoires et partiels publiés par la CENI, le Rassemblement du Peuple Togolais (RPT, au pouvoir), a gagné 49 sièges, suivi de l’Union des Forces de Changement (UFC) qui totalise 23 sièges et du Comité d’Action pour le Renouveau (CAR) du Premier ministre Yaovi Agboyibo 4 sièges.

L’Union des Forces de Changement (UFC), principal parti de l’opposition togolaise, qui dénonce des irrégularités constatées lors des élections législatives.

Le président de l’UFC, Gilchrist Olympio, a indiqué lors d’un meeting samedi qu’il allait saisir la cour constitutionnelle pour exiger que les bulletins de vote soient de nouveau comptés.

« L’UFC ne se laissera plus voler sa victoire », a lancé Olympio.

A l’issue du meeting, des militants de l’UFC qui ont voulu marcher sur le siège de la CENI ont été dispersés à coup de gaz lacrymogène.

Il y a eu plusieurs dizaines de blessés dont une dizaine de cas jugés graves et qui sont actuellement en soin dans des hôpitaux et cliniques de la place, selon un bilan dressé par l’UFC.

APA – Lomé (Togo)

© Copyright APA

Dépêches suivantes

Dépêches précédentes

UFC Live !

  • Vous devez installer le module flash correspondant à votre navigateur pour voir ce contenu.

WEB Radios - TV

WEB Radios
Tous unis pour un Togo libre et démocratique
lundi
24 juillet 2017
Lomé 25°C (à 13h)