DEPECHE

L’opposition lance un appel aux facilitateurs du dialogue intertogolais

Le 31 août 2001, publié sur ufctogo.com

L’opposition togolaise a demandé vendredi à Lomé le concours des facilitateurs internationaux pour résoudre la crise née du projet de reforme constitutionnelle, annoncé jeudi par le Premier ministre Agbéyomé Kodjo.

Dans une déclaration conjointe transmise à l’AFP vendredi soir, les principaux partis de l’opposition togolaise "interpellent les facilitateurs et leurs mandants pour ramener le RPT (Rassemblement du peuple togolais, parti au pouvoir) au respect de ses engagements pris devant le peuple togolais et devant la communauté internationale".

"Toute modification unilatérale de la Constitution togolaise et du code électoral est une violation de l’Accord-cadre de Lomé et surtout de la volonté du peuple togolais massivement exprimée lors du référendum constitutionnel du 27 septembre 1992", précise le texte.

"Les signataires de la déclaration condamnent cette tentative de coup de force du pouvoir qui rendrait caduc l’Accord-cadre de Lomé et toutes ses dispositions", conclut la déclaration.

Cette déclaration est signé par le Comité d’action pour le renouveaude Yawovi Agboyibo, la Convergence patriotique panafricaine (CPP) d’Edem Kodjo, l’Union des forces de changement (UFC) de Gilchrist Olympio et la Convention démocratique des peuples africains (CDPA) de Léoplod Gnininvi.

Le Premier ministre togolais, Agbéyomé Kodjo, avait déclaré jeudi à l’AFP que les élections législatives anticipées prévues pour le mois d’octobre 2OO1 ne pouvaient se tenir à cette date.

M. Kodjo a, par la même occasion, annoncé le projet d’une réforme constitutionnelle qui pourrait permettre au président Eyadéma, au pouvoir depuis 1967, de briguer un troisième mandat à la tête du pays.

L’article 59 de la Constitution, visé par le projet de réforme, limite à deux le nombre de mandats présidentiels à la tête du pays.

L’accord cadre de Lomé signé en juillet 1999 entre le pouvoir et l’opposition avait prévu l’organisation d’élections législatives anticipées en mars 2OOO et le chef de l’Etat togolais s’est engagé à quitter le pouvoir en 2003.
Agence France-Presse (AFP), Lomé, Togo

Dépêches suivantes

Dépêches précédentes

UFC Live !

  • Vous devez installer le module flash correspondant à votre navigateur pour voir ce contenu.

WEB Radios - TV

WEB Radios
Tous unis pour un Togo libre et démocratique
samedi
24 juin 2017
Lomé 26°C (à 05h)