DEPECHE

L’opposition boycotte une séance du comité de suivi des accords politiques

Le 14 août 2001, publié sur ufctogo.com

L’opposition togolaise a boycotté mardi une séance du comité paritaire de suivi (CPS) de l’accord signé en juillet 1999 avec le pouvoir, en signe de solidarité avec le parti Convergence Patriotique Panafricaine (CPP) de l’ancien Premier ministre Edem Kodjo, a rapporté la télévision nationale.

L’opposition togolaise a boycotté mardi une séance du comité paritaire de suivi (CPS) de l’accord signé en juillet 1999 avec le pouvoir, en signe de solidarité avec le parti Convergence Patriotique Panafricaine (CPP) de l’ancien Premier ministre Edem Kodjo, a rapporté la télévision nationale.

Dans un message au président du CPS, dont l’AFP a obtenu copie, le président de la CPP a élevé une "vive protestation contre ce qui est une mise en cause grave de la probité morale de M. Edem Kodjo, contre les injures faites à sa personne et contre les diffamations portées contre lui" à la télévision nationale le 10 août.

Tous les autres partis de l’opposition ont marqué leur solidarité à la CPP en quittant la salle de réunion, a indiqué la télévision.

Depuis sa mise en place en juillet 1999, le CPS, composé de l’opposition et des partis de la mouvance présidentielle, se réunit régulièrement pour préparer les prochaines élections législatives anticipées et les conditions pour un apaisement du débat politique.

Vendredi dernier, une personne se réclamant de la jeunesse de l’opposition, prenant prétexte d’une déclaration de M. Kodjo à RFI sur l’indépendance de la justice l’avait accusé à la télévision de "sabotage économique" et de divers crimes à l’époque où il était Premier ministre (1994-1996).

Qualifiant cette intervention "d’ignominieuse, calomnieuse et diffamatoire (...) tissée de mensonges, de déformations ridicules, de faits inexacts et marquée d’une volonté préméditée de nuire", la CPP souligne ne pouvoir "accepter que son premier responsable soit traité avec autant de mépris par l’entremise d’un individu qui n’a pu accéder à la télévision nationale qu’avec le plein accord des autorités compétentes".

Ce nouvel épisode vient compliquer un peu plus le climat politique déjà tendu depuis la condamnation à six mois de prison ferme au début du mois d’août d’un des principaux dirigeants de l’opposition.

M. Yawovi Agboyibo, président du Comité d’Action pour le Renouveau, a été condamné à la suite d’une plainte déposée contre lui par l’actuel Premier ministre Agbéyomé Kodjo pour "diffamation et diffusion de fausses nouvelles".

Agence France-Presse (AFP), Lomé, Togo

Dépêches suivantes

Dépêches précédentes

UFC Live !

  • Vous devez installer le module flash correspondant à votre navigateur pour voir ce contenu.

WEB Radios - TV

WEB Radios
Tous unis pour un Togo libre et démocratique
jeudi
23 mars 2017
Lomé °C (à 0h)