DEPECHE

L’avocat Djovi Gally rejoint le parti de Gilchrist Olympio

Le 14 mars 2008, publié sur ufctogo.com

Lomé, Togo - L’avocat togolais, Djovi Gally, militant des droits de l’homme et ancien ministre des Droits de l’homme, a annoncé solennellement, vendredi, son adhésion à l’Union des forces de changement (UFC) de l’opposant Gilchrist Olympio, a constaté la PANA sur place.

Au cours d’une conférence de presse à Lomé, Me Gally, connu pour son franc parler, a expliqué que son engagement au sein du parti de Gilchrist Olympio vient des leçons qu’il a tirées des législatives du 14 octobre 2007 au cours desquelles cette formation politique a remporté 27 sièges à l’Assemblée contre 50 pour le Rassemblement du peuple togolais (RPT, au pouvoir).

"Je crois que l’UFC constitue la force motrice qui peut apporter le changement et oeuvrer pour une alternance au Togo et il faut lui donner du soutien", a-t-il dit, devant un parterre de journalistes et de personnalités de la société civile.

Il a justifié son choix par le fait que "les Togolais votent de manière têtue et toujours massivement pour ce parti", ajoutant que l’idéologie de l’UFC (semble) convenir aux populations togolaises qui, a-t-il dit, "veulent un changement fondamental".

"C’est un acte fondamental de ma vie", a-t-il souligné, estimant par ailleurs qu’il faut "rassembler les énergies dans le bon sens".

L’annonce de l’adhésion de Me Djovi Gally, très proche de l’ancien Premier ministre Edem Kodjo, au sein du parti de Gilchrist Olympio constitue une surprise.

Selon des informations dignes de foi, Me Gally, qui ambitionne de devenir maire de la ville de Lomé, veut passer par le canal de l’UFC, parti bien assis dans la capitale togolaise avec 4 députés sur 5 pour y parvenir.

La cinquantaine, Me Djovi Gally s’est engagé très tôt dans le combat pour les droits de l’homme et la démocratie du temps du parti unique en participant à des débats contradictoires et en intégrant plusieurs associations de défenseurs des libertés.

Il a occupé le poste de ministre des Droits de l’homme et de la Promotion de la démocratie pendant la transition politique en 1991-1993.

Il dirige, depuis lors, deux organisations : l’Association pour la promotion de l’Etat de droit (APED) et l’Observatoire panafricain de la démocratie (OPAD), basé à Lomé.

PANA

© Copyright PANA

Dépêches suivantes

Dépêches précédentes

UFC Live !

  • Vous devez installer le module flash correspondant à votre navigateur pour voir ce contenu.

WEB Radios - TV

WEB Radios
Tous unis pour un Togo libre et démocratique
mardi
22 août 2017
Lomé 23°C (à 04h)