DEPECHE

L’UFC demande et obtient la suspension des travaux du CPDC, à Lomé

Le 18 février 2009, publié sur ufctogo.com

L’Union des forces de changement (UFC), principal parti de l’opposition togolaise a demandé et obtenu mardi, la suspension jusqu’à lundi prochain des discussions entre le pouvoir et l’opposition réunis au sein Cadre Permanent de Dialogue et de Concertation (CPDC).

Cette suspension est intervenue alors que les discussions achoppent sur la question du recours à la facilitation.

« Face à certains malentendus qui persistent sur le recours à la facilitation, l’Union des Forces de changement a demandé la suspension à partir d’aujourd’hui jusqu’à vendredi inclus afin de recourir à leurs mandants par rapport à cette question et nous avons accédé à cette demande », a déclaré à la presse Pascal Bodjona, représentant du Chef de l’Etat togolais, président du CPDC.

Les travaux du CPDC piétinent depuis plusieurs jours et Jean Pierre Fabre, représentant de l’UFC au sein du CPDC a indiqué avoir demandé ce délai pour que chacun le mette à profit pour réfléchir à la question « surtout nos interlocuteurs du gouvernement et du représentant du chef de l’Etat ».

« L’impression qu’on a est qu’on ne veut pas mettre en place ce mécanisme et surtout on nous dit qu’il n’est pas exclu qu’il y ait un facilitateur mais qu’il ne faut pas l’écrire », a déploré Jean Pierre Fabre.

Selon plusieurs observateurs, cette situation confirme la crise de confiance qui règne au sein de la classe politique togolaise.

Créé pour discuter des questions d’intérêt national, le Cadre permanent de dialogue et de concertation regroupe les trois partis politiques représentés à l’Assemblée nationale (RPT, UFC et CAR) ou ayant obtenu 5% aux élections législatives d’octobre et deux représentants du gouvernement.

Le CPDC est chargé de créer, par un dialogue permanent, les conditions de stabilité et de consolidation des institutions républicaines autour des questions d’intérêt national et des principes démocratiques et républicains notamment la constitution, la charte des partis politiques, le code électoral et la régularité des scrutins.

Il instaurera également un dialogue permanent autour des prérogatives constitutionnelles des institutions, ainsi que l’accès équitable aux médias d’État, les droits et devoirs de l’opposition, le code de bonne conduite et le renforcement de l’unité nationale par l’enracinement de la culture citoyenne, indique-t-on.

APA-Lomé (Togo)

© Copyright APA

Dépêches suivantes

Dépêches précédentes

UFC Live !

  • Vous devez installer le module flash correspondant à votre navigateur pour voir ce contenu.

WEB Radios - TV

WEB Radios
Tous unis pour un Togo libre et démocratique
mardi
28 mars 2017
Lomé °C (à 0h)