DEPECHE

L’Amérique latine penche un peu plus vers la gauche

Le 1er novembre 2004, publié sur ufctogo.com

MONTEVIDEO (Reuters) - Les partis de gauche et du centre-gauche d’Amérique latine ont connu un week-end électoral fructueux traduisant un retour de balancier après des décennies de politiques libérales inspirées par le Fonds monétaire international.

L’Uruguay a pris un tournant politique historique en élisant dimanche le premier président de gauche de son histoire et donnant à la coalition de Tabare Vazquez la majorité au Congrès.

A sa troisième tentative d’accession à la fonction suprême, ce médecin de 64 ans l’a emporté avec 50,6% des voix après avoir fait campagne sur le thème de "l’urgence sociale" dans laquelle vivent les 100.000 personnes les plus pauvres du pays.

L’Uruguay rejoint les rangs des nations sud-américaines - le Brésil, l’Argentine, le Chili et le Venezuela - qui ont décidé ces dernières années de confier le pouvoir à la gauche et de soutenir une politique redistributrice après des décennies de libéralisme impulsé par les Etats-Unis et le FMI.

"Les démocraties d’Amérique du Sud arrivent à maturité et se ressemblent davantage", estime David Fleischer, politologue à l’université de Brasilia. "Cela signifie que les Sud-Américains pourraient avoir une position plus unifiée dans des domaines comme les discussions commerciales avec les Etats-Unis", ajoute-t-il.

Illustration de ce rapprochement, le nouveau président uruguayen, qui sera investi le 1er mars, a souligné que le pragmatisme (austérité fiscale, programmes sociaux) du président brésilien Luiz Ignacio Lula da Silva, élu en 2002, était son modèle politique.

TESTS AVANT LES PRÉSIDENTIELLES AU BRÉSIL ET AU CHILI

Au Brésil, justement, le Parti des travailleurs (PT) du président Lula a perdu dimanche deux de ses bastions historiques, Sao Paulo et Porto Alegre.

Mais au-delà de ces revers, le deuxième tour des élections municipales ne constitue pas une défaite pour le parti au pouvoir qui doublé le nombre de villes qu’il gérait jusqu’à présent.

Le scrutin, considéré comme un test grandeur nature à deux ans de la présidentielle, a également été marqué par une percée du Parti social-démocrate brésilien (PSDB, centre-gauche) de José Serra, le tombeur de Marta Suplicy à Sao Paulo.

La perte de Sao Paulo et de Porto Alegre marque cependant une rupture majeure dans l’histoire du PT. C’est en effet dans les banlieues industrielles de Sao Paulo que le parti a grossi pendant la dictature militaire de 1964-1985.

Au Chili, les élections municipales de dimanche avaient également un avant-goût de présidentielle. Et la coalition de centre-gauche du président Ricardo Lagos, au pouvoir depuis quinze ans, a obtenu à l’échelle nationale 45% des voix contre 39% pour l’opposition de droite.

Même si la marge s’est réduite par rapport aux précédents scrutins, les analystes estiment que ces municipales sont de bon augure pour Lagos à un an de la présidentielle.

Au Venezuela enfin, où les électeurs étaient appelés à renouveler les postes de gouverneurs, les candidats "chavistes" l’ont emporté dans au moins 18 des 23 régions. Les partisans du président Hugo Chavez décrochent également la mairie de Caracas.

Depuis l’échec du "référendum révocatoire" dont ils avaient obtenu l’organisation, le 15 août dernier, les partis d’opposition se sont déchirés, et Hugo Chavez, qui a survécu à une tentative de putsch en 2002, a un boulevard devant lui.

"La réalité pour les deux années à venir, c’est que le président Chavez va acquérir plus de pouvoir politique", avance Jose Cerritelli, analyste de la société new-yorkaise Bear Stearns.

Lundi, Hugo Chavez, au pouvoir depuis 1998, a salué la réussite électorale de la gauche sud-américaine. "La révolution est là pour durer, (...) le grand peuple latino-américain est en train de se relever", a-t-il dit.

par Mary Milliken - Reuters

Dépêches suivantes

Dépêches précédentes

UFC Live !

  • Vous devez installer le module flash correspondant à votre navigateur pour voir ce contenu.

WEB Radios - TV

WEB Radios
Tous unis pour un Togo libre et démocratique
mardi
25 avril 2017
Lomé 28°C (à 00h)