DEPECHE

Harry Olympio va déposer plainte pour "tentative d’assassinat"

Le 22 août 2001, publié sur ufctogo.com

L’avocat sénégalais Me Boucounta Diallo, qui défend les intérêts de l’opposant togolais Harry Octavianus Olympio, a déclaré mardi à la PANA à Dakar, qu’il "va déposer plainte contre X au Togo, pour tentative d’assassinat" sur la personne de son client.

"J’entends faire déposer cette plainte pour que la lumière soit faite sur cette affaire et empêcher que l’irréparable se produise si les commanditaires de ces agissements sont tentés de recommencer", a dit Me Diallo.

Harry Olympio qui purge une peine de 18 mois à la prison civile de Lomé pour "association de malfaiteurs, fabrication et détention illégale d’explosif artisanal et recel", aurait fait l’objet d’une deuxième tentative d’assassinat à son lieu de détention dans la nuit du 19 au 20 août dernier, selon son conseil.

M. Olympio, président du Rassemblement pour le soutien de la démocratie et du développement (RSDD, opposition) aurait, selon la même source, été victime d’une première tentative de meurtre le 30 juin dernier lorsque, "dans la prison civile de Lomé, deux coups de feu ont été tirés en sa direction par des agents de sécurité".

Déjà, dès les premiers jours de son incarcération, il aurait reçu des menaces de mort proférées par un homme introduit "facilement" dans la prison.

Par ailleurs, Me Diallo qui préside un collectif d’avocats de la défense comprenant le Français François Sure et le Béninois Robert Dossou, a annoncé la tenue en septembre prochain, d’une conférence de presse à Paris sur le cas de M. Olympio. On rappelle que l’opposant togolais a été arrêté à son domicile le 6 juin "pour fabrication et détention d’explosifs".

Auparavant, la gendarmerie avait fait une descente au siège de son parti.

Elle avait arrêté un étudiant qui détenait une bombe qu’il aurait dit avoir reçu au siège du RSDD, à l’occasion d’une marche pour non-paiement des bourses.

L’étudiant aurait déclaré aux agents de sécurité que le reste des explosifs était dans les locaux du parti dont l’un des gardiens aurait été emmené.

Après plusieurs renvois d’audiences à la demande du procureur de la République qui réclamait plus de temps pour faire comparaître des témoins cités par la défense, Harry Olympio a été condamné à la fin du mois de juillet dernier au cours d’un jugement dont il a fait appel, accompagné d’une demande de mise en liberté provisoire qui suit son cours, rappelle-t-on.

Agence PANAPRESS, Lomé, Togo

Dépêches suivantes

Dépêches précédentes

UFC Live !

  • Vous devez installer le module flash correspondant à votre navigateur pour voir ce contenu.

WEB Radios - TV

WEB Radios
Tous unis pour un Togo libre et démocratique
vendredi
28 avril 2017
Lomé 32°C (à 12h)