DEPECHE

Grippe aviaire : inquiétude grandissante de propagation en Afrique de l’ouest

Le 17 février 2006, publié sur ufctogo.com

Le risque de propagation à toute l’Afrique de l’ouest du virus de la grippe aviaire, dont un premier foyer a été confirmé il y a dix jours au Nigeria, inquiète de plus en plus spécialistes et responsables politiques.

L’Organisation des Nations unies pour l’agriculture et l’alimentation (FAO) a exprimé vendredi sa "préoccupation croissante quant à une éventuelle propagation du virus (...) H5N1 en Afrique de l’ouest".

L’inquiétude est aggravée par la découverte de sept cas confirmés de H5N1 en Egypte, deuxième pays d’Afrique à être officiellement touché par l’épizootie.

"Une épizootie, si elle se déclarait hors des frontières du Nigeria, aurait des effets catastrophiques sur les moyens d’existence et la sécurité alimentaire de plusieurs millions de personnes", a averti Joseph Domenech, vétérinaire en chef de la FAO actuellement au Nigeria avec une équipe d’experts.

Pour le patron de l’Organisation internationale des épizooties (OIE), Bernard Vallat, les efforts nécessaires pour éviter une épizootie de grippe aviaire en Afrique "risquent d’être bien supérieurs à ceux fournis en Asie du sud-est".

En ce qui concerne le Nigeria, il souligne que "l’alerte a mis beaucoup trop de temps avant d’être lancée, ce qui a facilité la diffusion exponentielle du virus".

Depuis l’annonce officielle de la présence du H5N1 au Nigeria, le 8 février, un mois après le prélèvement d’échantillons sur des poulets morts, des dizaines de milliers de volailles sont mortes, ou ont été abattues, incinérées et enterrées, essentiellement dans le nord du pays.

Chaque jour de nouveaux cas suspects sont découverts, alors que le gouvernement se refuse à fermer les marchés de volailles, à interdire le transport et les ventes, facteurs de propagation du virus.

Des cas suspects ont été découverts vendredi dans un nouvel Etat nigérian, à Bauchi, voisin des deux épicentres de Kano et Kaduna.

Des abattages de masse de volailles se déroulent dans les Etats de Kano, Katsina, Jigawa et Plateau, alors que les autorités ont interdit les basse-cours à Abuja, où des cas suspects ont été identifiés.

Le président Olusegun Obasanjo s’est engagé à combattre ce fléau et a mis en place avec son administration des mesures et structures appuyées par les organisation internationales.

Une vaste campagne de sensibilisation est en cours avec l’appui de l’Unicef pour encourager les éleveurs à ne pas écouler les volailles malades ou mortes et à éviter tous contacts avec les poulets.

L’inspection vétérinaire des fermes avicoles se poursuit et même l’élevage du président Obasanjo, qui compte au moins un million de poulets, n’y a pas échappé.

Parallèlement, la FAO mène des recherches pour déterminer l’origine du virus H5N1 au Nigeria, les pistes principales étant une transmission par "des oiseaux migrateurs", ou "des importations frauduleuses d’oiseaux en provenance d’Asie", selon Helder Muteïa, représentant de la FAO à Abuja.

Si plusieurs régions sont atteintes il faut vacciner l’ensemble des volailles du pays, procédure coûteuse "qui ne pourra se faire sans une aide internationale d’urgence, a estimé M. Vallat.

Avant l’apparition du virus en Afrique, une centaine de pays donateurs et organisations internationales s’étaient engagés, en janvier à Pékin, à mobiliser 1,9 milliard de dollars pour lancer une offensive mondiale coordonnéee.

La Communauté économique des Etats d’Afrique de l’ouest (CEDEAO, 15 Etats membres), a mis en place une "cellule de crise pour empêcher l’expansion du virus dans les pays voisins", alors que des éleveurs nigérians ont continué à écouler des volailles.

Le président sénégalais Abdoulaye Wade organise les 22 et 23 février à Dakar une conférence pour établir des stratégies communes de lutte pour éviter une épizootie régionale.

Plusieurs pays, notamment le Sénégal, la Guinée, le Sierra Leone et la Mauritanie, ont déjà préparé des plans d’urgence.

Dépêches suivantes

Dépêches précédentes

UFC Live !

  • Vous devez installer le module flash correspondant à votre navigateur pour voir ce contenu.

WEB Radios - TV

WEB Radios
Tous unis pour un Togo libre et démocratique
samedi
16 décembre 2017
Lomé 31°C (à 11h)