DEPECHE

Gnassingbé n’a "aucune légitimité" pour organiser des élections (Pretoria)

Le 21 février 2005, publié sur ufctogo.com

JOHANNESBURG, 21 fév (AMI) - Le président investi du Togo Faure Gnassingbé n’a "aucune légitimité" pour "convoquer ou organiser" des élections, a indiqué lundi la ministre sud-africaine des Affaires étrangères, Nkosazana Dlamini Zuma, dans un communiqué de "clarification".

"La position de l’Afrique du Sud est que les Togolais doivent suivre leur constitution", a indiqué la ministre. M. Gnassingbé "n’a aucune autorité constitutionnelle ou légitimité pour convoquer des élections ou organiser des élections", a-t-elle ajouté.

Selon Mme Dlamini Zuma, Faure Gnassingbé "doit démissionner car il n’a aucune légitimité ou autorité constitutionnelle".

Samedi, Bheki Khumalo, porte-parole du président Thabo Mbeki, avait affirmé que le chef de l’Etat sud-africain accueillait "favorablement" l’annonce de la tenue dans deux mois d’une élection présidentielle dans ce pays.

M. Gnassingbé a annoncé vendredi soir l’organisation d’une élection présidentielle dans le délai de 60 jours et son maintien au pouvoir jusqu’à ce scrutin.

Son père, le général Gnassingbé Eyadéma, est décédé le 5 février à l’âge de 69 ans après 38 ans de pouvoir sans partage. Faure Gnassingbé, désigné par l’armée pour lui succéder, a été investi deux jours plus tard après une révision éclair de la constitution par le Parlement, un processus qualifié de "coup d’Etat" par l’opposition togolaise et la CEDEAO notamment.

Dans un discours à la Nation prononcé le 11 février devant le Parlement au Cap (sud-ouest), Thabo Mbeki avait dénoncé une "mascarade anticonstitutionnelle au Togo".

AMI

Dépêches suivantes

Dépêches précédentes

UFC Live !

  • Vous devez installer le module flash correspondant à votre navigateur pour voir ce contenu.

WEB Radios - TV

WEB Radios
Tous unis pour un Togo libre et démocratique
mardi
28 mars 2017
Lomé °C (à 0h)