DEPECHE

Faure Gnassingbé a prêté serment

Le 7 février 2005, publié sur ufctogo.com

Faure Gnassingbé a prêté serment lundi devant les six membres de la cour constitutionnelle togolaise pour succéder à son père Gnassingbé Eyadema à la présidence du petit pays d’Afrique de l’Ouest.

Le fils du défunt dirigeant togolais a été investi par les six membres de la cour lors d’une brève cérémonie d’un quart d’heure au palais présidentiel, boycottée par les diplomates occidentaux à Lomé, mais à laquelle assistaient notamment des diplomates de Libye, Egypte, et Gabon, ainsi que des députés togolais.

Les partis d’opposition ont appelé leurs partisans à la grève générale, et à rester chez eux mardi et mercredi en signe de protestation. A la tombée de la nuit, plusieurs coups de feu ont retenti dans Lomé, non loin du marché central, sans que l’on connaisse les auteurs de ces tirs, phénomène extrêmement rare au Togo. Le reste de la capitale restait calme.

Plusieurs centaines d’étudiants qui avaient tenté de défiler jusqu’au centre-ville pour perturber la cérémonie ont été bloqués par des barricades érigées par les forces de sécurité.

Le haut commandement militaire avait installé Faure Gnassingbé au pouvoir samedi quelques heures seulement après le décès soudain d’Eyadema, le plus ancien dirigeant africain en exercice. Un « coup d’Etat » dénoncé par la communauté internationale, l’Union africaine, en tête, appelant au respect de la constitution, qui prévoyait que le président de l’Assemblée nationale assure l’intérim avant la tenue d’élections.

Pour donner une apparence de légalité à ce transfert de pouvoir, les 81 membres de l’assemblée nationale, réunis dimanche en session extraordinaire, avaient massivement élu par 67 voix contre 14, Faure Gnassingbé à la président de la chambre, avant de voter un amendement de la constitution lui permettant de terminer le mandat de son père, qui expire en 2008.

Alors que les frontières togolaises sont fermées depuis le décès de Gnassingbé Eyadema, l’aéroport de Lomé avait ouvert brièvement pour permettre l’atterrissage du secrétaire exécutif de la CEDEAO (Communauté économique des Afrique de l’Ouest) Mohammed Ibn Chambas. Interrogé avant la prestation de serment, ce dernier a jugé « encourageant que les autorités togolaises aient maintenant réalisé la nécessité de respecter la constitution du pays en cherchant à passer par les processus constitutionnels en vigueur ».

Il a ajouté que les chefs d’Etat de la CEDEAO allaient se retrouver bientôt pour une réunion d’urgence. « Les trois prochains jours seront cruciaux pour l’avenir du Togo », a-t-il déclaré à l’Associated Press.

AP

Dépêches suivantes

Dépêches précédentes

UFC Live !

  • Vous devez installer le module flash correspondant à votre navigateur pour voir ce contenu.

WEB Radios - TV

WEB Radios
Tous unis pour un Togo libre et démocratique
dimanche
25 juin 2017
Lomé 25°C (à 01h)