DEPECHE

Elections législatives : un budget de près de 4 milliards de FCFA adopté

Le 20 juillet 2001, publié sur ufctogo.com

Le gouvernement togolais et la Commission nationale électorale indépendante (CENI) ont arrêté le budget des prochaines élections législatives d’octobre à près de 4 milliards de FCFA (3,969 milliards, soit 6,06 millions d’euros), a annoncé vendredi à l’AFP le bureau du Premier ministre.

"Ce budget couvre les opérations de révision des listes électorales, d’équipement des commissions électorales locales indépendantes, de déroulement du scrutin, la formation et l’appui matériel et financier aux institutions impliquées dans l’organisation et la gestion du processus électoral", indique le document transmis à l’AFP.

Selon le Premier ministre Agbéyomé Kodjo, ce budget constitue une "avancée notable dans le processus électoral, et ouvre la voie à l’assistance financière demandée par le gouvernement togolais à certains bailleurs de fonds, dont l’Union européenne, le PNUD et la Francophonie".

Le chef du gouvernement a indiqué à l’AFP avoir eu plusieurs contacts la semaine dernière à Washington avec le FMI et la Banque Mondiale, ainsi qu’avec le ministre français délégué à la Coopération et à la Francophonie, Charles Josselin.

Le gouvernement togolais avait envoyé début juillet une requête de financement des législatives des 14 et 28 octobre à l’Union européenne.

Bruxelles a suspendu depuis 1993 sa coopération avec Lomé, à la suite des violences qui ont émaillé les débuts du processus démocratique, et a subordonné la normalisation avec le Togo à l’organisation d’élections libres démocratiques et transparentes.

Le "caractère consensuel" de ce budget "témoigne de la détermination du chef de l’Etat et du gouvernement à aider la CENI à organiser ces élections dans les meilleures conditions de transparence et d’équité", conclut le communiqué.

En prévision de ces élections, les quatre "facilitateurs" du dialogue inter-togolais représentant la France, l’Allemagne et l’Union européenne, et l’Organisation internationale de la francophonie, sont arrivés le 15 juillet dernier pour une mission d’évaluation d’une semaine à Lomé.

Dans une lettre annonçant leur venue, ils avaient souligné "l’urgence d’une reprise effective du dialogue" et noté "avec satisfaction la volonté de toutes les parties de voir effectivement se dérouler les élections législatives anticipées".

Ce dialogue a été mis en place par l’Accord-cadre de Lomé en juillet 1999, à la suite de discussions entre le pouvoir et l’opposition, un an après l’élection présidentielle de 1998 dont le résultat avait été contesté par l’opposition et la communauté internationale.

Agence France-Presse (AFP), Lomé, Togo

Dépêches suivantes

Dépêches précédentes

UFC Live !

  • Vous devez installer le module flash correspondant à votre navigateur pour voir ce contenu.

WEB Radios - TV

WEB Radios
Tous unis pour un Togo libre et démocratique
mercredi
26 avril 2017
Lomé 32°C (à 15h)