DEPECHE

Décès de Maurice Robert, ancien bras droit de Jacques Foccart

Le 20 novembre 2005, publié sur ufctogo.com

Pilier de la "Françafrique", bras droit du gaulliste Jacques Foccart, symbole de l’activation des réseaux de l’Elysée en Afrique, Maurice Robert est mort, mercredi 9 novembre, près de Bordeaux. Il était âgé de 86 ans.

Du recrutement du mercenaire Bob Denard en 1963 à la sécession du Biafra en 1967 en passant par le rétablissement au Gabon du président renversé Léon M’Ba, on retrouve Maurice Robert dans la plupart des "coups tordus" réalisés dans les années 1960 et 1970 sur le continent noir sous prétexte de défendre ou de rétablir des régimes profrançais.


Né le 29 avril 1919, ancien résistant, ancien d’Indochine, Maurice Robert rejoint en 1953 le service de documentation extérieure et de contre-espionnage (Sdece, aujourd’hui direction générale de la sécurité extérieure, DGSE). Il y dirigera le département "Afrique" pendant vingt ans avant d’être recruté par la société pétrolière Elf, plaque tournante des mêmes réseaux africains.

En 1979, sa nomination par Valéry Giscard d’Estaing comme ambassadeur au Gabon, dirigé par son ami Omar Bongo, suscita un tollé. En 1981, la gauche mit fin à ses fonctions et Maurice Robert bénéficia alors d’un emploi fictif pendant trois ans chez Elf, comme le racontent Antoine Glaser et Stephen Smith dans Comment la France a perdu l’Afrique (Calmann-Lévy, 2005).

L’ancien officier des services secrets a raconté ses souvenirs dans Maurice Robert, ministre de l’Afrique (Seuil, 1980), où il se présente comme un "serviteur de l’Etat".

En 1996, le président Jacques Chirac avait élevé Maurice Robert au grade de grand officier de la Légion d’honneur.

Philippe Bernard - Le Monde (France)

Dépêches suivantes

Dépêches précédentes

UFC Live !

  • Vous devez installer le module flash correspondant à votre navigateur pour voir ce contenu.

WEB Radios - TV

WEB Radios
Tous unis pour un Togo libre et démocratique
mercredi
22 novembre 2017
Lomé 27°C (à 22h)