DEPECHE

Classé à l’ultime niveau "catastrophique", le cyclone Ivan a déjà fait 41 morts

Le 12 septembre 2004, publié sur ufctogo.com

MONTEGO BAY (AFP) - dimanche 12 septembre 2004 - 7h51 - Au moins 14 personnes sont mortes lors du passage du cyclone Ivan samedi sur la Jamaïque où, prenant de la vigueur, en route pour les îles Caïmans, Cuba et la Floride, il est désormais classé à l’ultime niveau "catastrophique".

Avec ces nouvelles victimes, Ivan a tué au moins 41 personnes depuis qu’il a commencé, mercredi, à dévaster les Caraïbes, balayant successivement la Grenade, le Vénézuela, la République dominicaine, la Jamaïque et Tobago.

Le cyclone, qui avait un peu baissé d’intensité, a été à nouveau classé à 21H00 GMT dans la catégorie 5 (catastrophique), la plus haute sur l’échelle de Saffir-Simpson, a annoncé samedi le Centre américain des ouragans basé à Miami, en Floride, dans le sud-est des Etats-Unis.

Un avion spécialement équipé de l’US Air Force, parvenu à se glisser dans l’oeil du cyclone, a mesuré une pression de 912 millibars, "la sixième pression la plus basse jamais enregistrée dans un cyclone de l’Atlantique", a indiqué le Centre. Avec des vents de 270 km/h, "cela fait de Ivan un cyclone extrêmement dangereux", a-t-il souligné.

Parmi les victimes en Jamaïque, figurent trois membres d’une même famille, découverts sans vie dans la petite commune rurale de Saint-Andrew. Une femme âgée, qui avait refusé d’évacuer sa maison, a aussi péri. Elle a été retrouvée agrippant une Bible et un paquet de biscuits.

Huit autres personnes sont mortes dans une petite bourgade rurale située à l’extrémité sud de l’île, Portland Cottage. Une jeune femme qui donnait naissance à un enfant a succombé à des complications sur la route de l’hôpital. Une autre a été mortellement blessée par la chute d’un arbre alors qu’elle tentait de réparer le toit de sa maison.

Les rivières en crue ont déversé dans les rues des torrents de boue qui arrivent jusqu’à la ceinture et emportent tout sur leur passage : habitants, maisons, véhicules et arbres. L’île de la Jamaïque est presque entièrement privée d’électricité. "Il y a d’importants dégâts à travers tout le pays", avait précisé plus tôt O’Neil Hamilton, porte-parole du gouvernement. "Des toits se sont envolés un peu partout et, dans les environs de Kingston (la capitale), de nombreuses habitations sont très endommagées".

Les villes de la côte du sud-ouest ont été les plus touchées avec des vagues allant jusqu’à huit mètres de haut qui ont inondé les quartiers les plus proches de la mer. Le gouvernement jamaïcain avait déclaré vendredi l’état d’urgence et demandé à un demi-million de personnes, sur une population totale de 2,7 millions, de quitter leur domicile et se réfugier à l’intérieur des terres. Environ 10.000 d’entre elles ont trouvé refuge dans des églises et des écoles, selon Pam Knight, un porte-parole de l’Agence des secours d’urgence des Caraïbes (CDERA), basée à La Barbade.

Beaucoup ont toutefois refusé de partir, disant préférer rester chez eux par crainte de cambriolages. De fait, la police a indiqué samedi avoir tiré sur des pilleurs, tuant au moins un voleur. Deux officiers de police ont été blessés par des maraudeurs, a-t-elle ajouté. Des bandes de pilleurs armés sévissent dans la capitale Kingston, connu pour son fort taux de criminalité, et Montego Bay, saccageant les magasins et menaçant les habitants qui défendent leurs biens.

A Cuba, le gouvernement a décidé d’évacuer quelque deux millions de personnes, fermer les réseaux ferroviaires et les ports et autoriser pour la première fois l’emploi du réseau de sous-terrains militaires de l’île pour abriter la population. Pour le directeur du centre météorologique de Cuba, Jose Rubiera, il s’agit du cyclone le plus puissant depuis "l’arrivée au pouvoir du leader révolutionnaire Fidel Castro", en 1959. Selon le Centre américain des ouragans, l’alerte concerne surtout la province occidentale de Pinar del Rio et pourrait inclure la capitale La Havane et ses quelque deux millions de personnes dont 60% logent dans des habitations de fortune.

Catastrophe naturelle annoncée, Ivan pourrait porter un nouveau coup dur à une économie cubaine déjà exsangue et une population exténuée, à peine remise du passage du cyclone Charley le 13 août, qui a fait cinq morts et plus d’un milliard de dollars de dégâts. A la Grenade, le nombre des sans-abris a atteint les 60.000, tandis qu’entre 5.000 et 8.000 personnes ont trouvé refuge dans 47 centres d’accueil d’urgence, selon l’Agence des secours d’urgence des Caraïbes.

Enfin, en Floride, plus 370.000 personnes restaient privées d’électricité samedi selon la FPL, principale compagnie énergétique de l’Etat, après le passage de Frances la semaine dernière. L’Etat poursuivait samedi les préparatifs pour le passage du troisième cyclone en un mois, après Charley et Frances. Les touristes et les quelque 80.000 résidents des Keys, le chapelet d’îles très touristiques qui forme la pointe sud de l’Etat, ont été évacués, en prévision de l’arrivée d’Ivan lundi soir ou mardi.

Avant d’atteindre la Jamaïque, Ivan avait tué au moins 17 personnes à la Grenade, une île dévastée à 90% selon son gouvernement, cinq au Venezuela, quatre dans la République dominicaine et une à Trinidad-et-Tobago.

AFP

Dépêches suivantes

Dépêches précédentes

UFC Live !

  • Vous devez installer le module flash correspondant à votre navigateur pour voir ce contenu.

WEB Radios - TV

WEB Radios
Tous unis pour un Togo libre et démocratique
mardi
22 août 2017
Lomé 23°C (à 04h)