DEPECHE

Blaise Compaoré au togo pour relancer le dialogue politique

Le 29 juillet 2009, publié sur ufctogo.com

Le président du Burkina Faso, Blaise Compaoré, a rencontré mardi à Lomé les acteurs politiques togolais,en vue de relancer le dialogue politique dans le pays, a constaté APA.

Blaise Compaoré a reçu tour à tour les partis signataires de l’Accord politique global (APG), conclu lé 20 aout 2006 entre le pouvoir, l’opposition et la société civile. Il a fait avec eux le point de la situation politique au Togo marqué par des tensions entre le pouvoir et l’opposition à quelques mois de l’élection présidentielle de 2010.

« J’ai reçu beaucoup d’informations, (...). Ce que j’attends d’ici la fin de la semaine, c’est de pouvoir faire une évaluation à mon niveau de tout ce que j’ai attendu et je vais relancer d’ici la semaine prochaine les contacts avec les parties, afin de pouvoir dégager des propositions par rapport aux attentes des togolais », a déclaré au cours d’une conférence de presse, Blaise Compaoré.

La classe politique togolaise est divisée depuis quelques semaines sur la composition du Cadre permanent de dialogue et de concertation (CPDC) élargi à des partis extra parlementaires et boycotté par l’opposition parlementaire.

L’opposition parlementaire composée du Comité d’action pour le renouveau (CAR) et l’Union des forces de Changement dénoncent aussi la composition de la Commission électorale nationale indépendante (CENI).

« Nous avons essayé avec le président Blaise Compaoré d’identifier le problème clé, la composition de la CENI, les partis de l’opposition parlementaire ne veulent plus être minoritaire dans la CENI parce que la CENI joue un rôle crucial. Elle doit être équilibrée à tous les points de vue, sur le plan arithmétique et sur le plan politique », a dit à APA Gilchrist Olympio, président de l’UFC reçu ensemble avec les responsables du CAR.

« En ce qui concerne la CENI, la Cour constitutionnelle a décidé et les décisions s’imposent à tout le monde », a pour sa part souligné Solitoki Esso, secrétaire général du Rassemblement du Peuple Togolais (RPT) au pouvoir.

« Nous avons saisi l’occasion pour lui faire le point sur les différentes questions relatives au processus électoral, pour trouver des voies et moyens afin que nous allions à des élections apaisées et sans violence », a-t-il ajouté. Selon lui, les questions sur lesquelles les discussions pourraient porter sont relatives aux conditions d’éligibilité du président de la république.

Ces discussions pourraient se poursuivre la semaine prochaine à Ouagadougou au Burkina Faso.

APA-Lomé Togo

© Copyright APA

Dépêches suivantes

Dépêches précédentes

UFC Live !

  • Vous devez installer le module flash correspondant à votre navigateur pour voir ce contenu.

WEB Radios - TV

WEB Radios
Tous unis pour un Togo libre et démocratique
dimanche
22 octobre 2017
Lomé 27°C (à 23h)