DEPECHE

Aucune suite aux violences lors de la prise de pouvoir par Eyadema fils : l’impunité de père en fils.

Le 20 mars 2006, publié sur ufctogo.com

Le gouvernement togolais a instruit les autorités judiciaires du pays d’abandonner toutes poursuites judiciaires à l’encontre des présumés auteurs des violences sanglantes survenues lors de l’élection présidentielle du 24 avril dernier, a-t-on appris samedi de source proche de la primature à Lomé.

Cette décision est prise par le gouvernement "dans un souci d’apaisement social et de réconciliation nationale afin de favoriser le retour des réfugiés et des personnes déplacées suite aux événements survenus" pendant la dernière période électorale, a- t-on précisé de même source. Selon la même source, le premier ministre togolais, chef du gouvernement M. Edem Kodjo a adressé une circulaire à la haute hiérarchie de la gendarmerie et de la police judiciaire ainsi qu’aux magistrats du ministère public, leur demandant de surseoir à toutes poursuites diligentées ou à diligenter contre les présumés auteurs de ces violences.

Les échauffourées sanglantes qui ont émaillé la dernière présidentielle au Togo ont fait plus de 40.000 réfugiés, plusieurs morts et blessés.

© Copyright Courrier International

Dépêches suivantes

Dépêches précédentes

UFC Live !

  • Vous devez installer le module flash correspondant à votre navigateur pour voir ce contenu.

WEB Radios - TV

WEB Radios
Tous unis pour un Togo libre et démocratique
vendredi
20 octobre 2017
Lomé 27°C (à 21h)