DEPECHE

Arrivée de Faure Gnassingbé au Gabon pour y rencontrer le président Bongo

Le 24 février 2005, publié sur ufctogo.com

LIBREVILLE - Le président investi du Togo, Faure Gnassingbé, est arrivé jeudi matin dans un avion aux armes de la République togolaise à Libreville pour rencontrer le chef de l’Etat Gabonais Omar Bongo Ondimba, a constaté un journaliste de l’AFP.

Il a été accueilli au pied de la passerelle par le vice-président gabonais, Didjob Divungi di Ndinge, en présence du ministre délégué aux Affaires étrangères, Jean-François Ndongou et n’a fait aucune déclaration.

Faure Gnassingbé devrait quitter la capitale gabonaise à l’issue d’un entretien avec le président Bongo, selon une source officielle gabonaise qui n’a pas précisé sa destination.

L’heure de l’audience n’était cependant pas fixée en raison de l’emploi du temps chargé du président Bongo, dont le pays reçoit la visite du roi du Maroc Mohammed VI.

Faure Gnassingbé est accompagné par une petite délégation comprenant Barry Moussa Barqué, conseiller spécial à la présidence togolaise, ainsi que les ministres des Affaires étrangères Kokou Tozoun, de la Communication Pitang Tchalla et de la Justice Katari Foli-Bazi.

Le Conseil de paix et sécurité de l’Union africaine (UA) doit se réunir vendredi à Addis Abeba pour décider d’éventuelles sanctions contre les autorités de fait au Togo, après l’accession au pouvoir controversée du président investi Faure Gnassingbé, consécutive au décès de son père Gnassingbé Eyadéma lme 5 février.

La réunion programmée jeudi a été reportée de 24 heures pour des raisons logistiques, a annoncé l’UA jeudi matin.

Désigné par l’armée pour succéder à son père qui avait dirigé d’une main de fer ce petit pays d’Afrique de l’Ouest depuis 1967, Faure Gnassingbé a été investi le 7 février après une révision éclair de la Constitution par le Parlement.

M. Gnassingbé a annoncé le 18 février qu’il resterait au pouvoir jusqu’à la tenue d’une élection présidentielle d’ici 60 jours. Une décision largement critiquée par la communauté internationale.

La Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (Cedeao) a déjà imposé le 19 février des sanctions au Togo, dont sa suspension de cette organisation sous-régionale et l’Union européenne (UE) a, à son tour, évoqué mercredi la possibilité de "prendre des mesures" contre Lomé.

AFP

Dépêches suivantes

Dépêches précédentes

UFC Live !

  • Vous devez installer le module flash correspondant à votre navigateur pour voir ce contenu.

WEB Radios - TV

WEB Radios
Tous unis pour un Togo libre et démocratique
vendredi
31 mars 2017
Lomé 26°C (à 02h)